300 collaborateurs de plus chez Google France d'ici fin 2018

Sébastien Missoffe a pris ses fonctions de vice-président et directeur général de Google en France en avril 2017. (crédit : D.R.)

Sébastien Missoffe a pris ses fonctions de vice-président et directeur général de Google en France en avril 2017. (crédit : D.R.)

La filiale française de Google envisage de recruter 300 personnes d'ici l'année prochaine, augmentant ses effectifs de près de 50%, Le profils recherchés sont principalement des ingénieurs.

Google envisage de se renforcer dans l'Hexagone. Dans un entretien accordé ce lundi 10 octobre aux Echos, Sébastien Missoffe, vice-président et directeur général France arrivé dans l'entreprise  en avril dernier a indiqué qu'il prévoyait d'augmenter de près de 50% ses effectifs d'ici 2018. « D'ici l'année prochaine, nous allons passer de 700 à 1 000 personnes, des ingénieurs essentiellement, a confié ce dernier au quotidien économique. Dans cette optique,  Google a doublé la superficie de ses bureaux en passant de 10 000 à 20 000 mètres carrés.  Pour cela, l'entreprise  a racheté un immeuble  jouxtant  le sien et compte y louer des bureaux.

Interrogé sur le  potentiel  du marché français, le dirigeant a évoqué le retard pris par le pays dans le numérique. « Nous ne pointons qu'au 17e rang dans les classements qui font référence en matière de digitalisation des pays », a-t-il souligné. « 80 % des Français consomment via Internet, mais seulement 16 % des entreprises se sont lancées dans l'e-commerce. Il va falloir rattraper ce retard et cela représente une opportunité pour Google, nous devons aussi jouer un rôle ». Dans cette optique, Sébastien Missoffe a indiqué vouloir contribuer à former 70 000 personnes.  Un programme  va être déployé dans une centaine de villes françaises et des rencontres seront organisées avec des entreprises et des étudiants en partenariat avec les chambres de commerce et les universités.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité