Airmob mise sur le haut débit mobile pour percer dans l'IoT

Arnaud Lecoeur a fondé Airmob en 2015 en s'appuyant sur l'offre du MVNO Euro Information Telecom avec qui il avait déjà travaillé.

Arnaud Lecoeur a fondé Airmob en 2015 en s'appuyant sur l'offre du MVNO Euro Information Telecom avec qui il avait déjà travaillé.

La start-up toulousaine Airmob s'est associée à un MVNO pour bâtir une offre à base de boîtiers 4G permettant d'agréger simultanément les réseaux de Bouygues Telecom, Orange et SFR. Elle espère compter entre 50 et 100 partenaires pour la commercialiser d'ici la fin de l'année.

Airmob cherche à bâtir un réseau de distribution pour ses offres packagées combinant routeurs 4G/WiFi et connectivité aux réseaux télécoms. A l'instar de ce que proposent déjà certains opérateurs, les solutions de cette start-up toulousaine, fondée en 2015, permettent aux utilisateurs finaux de bénéficier de l'internet en situation de mobilité ou dans des zones qui ne seraient pas raccordées à la fibre ou au cuivre en s'appuyant sur la 4G (et bientôt la 5G). Mais contrairement aux solutions de ses concurrents, celles d'Airmob sont capables de fonctionner avec différents réseaux simultanément, grâce à un partenariat noué avec le MVNO Euro Information Telecom.

« Nous proposons des boîtiers pouvant embarquer d'une à quatre cartes SIM. Ils peuvent ainsi basculer d'un réseau à l'autre suivant la qualité du signal ou en agréger plusieurs », explique Arnaud Lecoeur, le fondateur et directeur général d'Airmob. Le routeur le plus musclé peut délivrer jusqu'à 100 Mb/s de débit. L'offre de base repose quant à elle sur un boîtier Huawei doté d'une seule carte SIM permettant de consommer jusqu'à 100 Go de data. Elle est proposée à 129 € HT/mois, le hardware étant compris dans ce prix.

L'IoT a besoin de haut-débit

Airmob a décidé d'adopter une approche majoritairement indirecte pour commercialiser ses offres. Actuellement 80% des facturations de la société sont réalisées à travers une quinzaine d'intégrateurs. « Il y a plusieurs cas d'usage possibles. L'IoT qui représente un tiers de nos revenus, notamment avec les caméras IP, est un de celui sur lequel nous essayons de percer. Il y a aussi la mise en place de réseaux temporaires, notamment dans le cadre de déménagement ou d'événements ponctuels, les installations en bout de ligne et le nomadisme des commerciaux », explique Arnaud Lecoeur.

Pour séduire les revendeurs, Airmob propose deux types de rémunération. Un premier modèle, classique, est basé sur le principe de l'achat revente avec une remise. La société propose également un statut d'apporteur d'affaires pour les partenaires qui lui auraient permis de signer un contrat. Ces derniers perçoivent alors une rétribution tous les mois. La société, qui dispose pour l'instant de cinq collaborateurs, espère compter entre 50 et 100 partenaires, principalement locaux, d'ici la fin de l'année. Elle prévoit par ailleurs de réaliser 500 000 euros de chiffre d'affaires en 2017 et d'atteindre le million d'euros de facturations en 2018. Elle devrait aussi procéder à deux embauches de profils techniques d'ici la fin de cette année.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers » prouvent une fois de plus la...

Publicité