Antemeta vise les 5 M€ de CA dès 2017 avec son offre cloud ADC

Pour Etienne Lecoq, directeur commercial d'Antemeta, le cloud est un outil indispensable pour la transformation numérique.

Pour Etienne Lecoq, directeur commercial d'Antemeta, le cloud est un outil indispensable pour la transformation numérique.

L'intégrateur Antemeta a dévoilé en début de semaine son offre Arcana Dynamic Cloud. Basée sur l'architecture Open Stack, elle allie cloud public, privé et bien évidemment hybride. Une foultitude de services PaaS seront en outre accessible via une market place. 

« Nous sommes aujourd'hui convaincus que la transformation numérique, notamment chez nos clients qui sont des ETI et des grands comptes, ne peut se faire sans la flexibilité du cloud, que ce soit pour le développement ou la production », insiste Etienne Lecoq, directeur commercial d'Antemeta. Et pour cause, l'intégrateur a lancé le mardi 22 novembre son offre Arcana Dynamique Cloud. Si l'intégrateur proposait déjà de construire des clouds internes reposant sur les solutions VMware, cette offre s'articulera autour de l'architecture Open Stack. 

« Nous utilisons les briques classiques d'Open Stack mais avons ajouté plusieurs fonctionnalités maisons pour fiabiliser la solution dans l'optique des mises en production », explique le dirigeant. Cette offre se décompose en deux solutions distinctes. D'abord une offre de cloud public hébergée dans les datacenters de l'intégrateur. Elle propose trois niveaux de facturation (à l'heure ou au mois) en fonction des VM. Pour la XS (1vCPU, 4Go RAM et 20 Go SSD), il faudra compter 0,0447 euros de l'heure ou 30 € par mois. La M (4vCPU, 16 Go RAM et 50 Go SSD) est proposé à 0,1572 € de l'heure et 105 € par mois. Enfin, la L (8 vCPU, 32 Go et 50 SSD) est affichée à 0,2990 €  de l'heure ou 200 € par mois. A noter que l'infrastructure de cloud public d'Antemeta bénéficie gratuitement des services de SOC de l'intégrateur pour les éléments partagés, ce qui lui permet d'être certifiée ISO 27001. 

Une infrastructure on premise déployable en un mois

En complément de cette offre de cloud public, Antemeta va proposer une solution de cloud privé baptisée MyADC. Celle-ci apporte deux possibilités. D'abord, une solution limitée à 200 VM au format 8U et délivrant une puissance maximal de calcul de 40K IOPS proposée à partir de 200K€. La deuxième propose de 200 à plus de 2000 VM pour une puissance allant jusqu'à 200K IOPS et est affichée à partir de 400K€. Pour ces deux solutions, Antemeta fournit bien évidemment la couche d'orchestration. L'intégrateur annonce en outre être capable de livrer ces infrastructures en un mois.

Elles sont bien évidemment compatibles avec l'offre de cloud public d'Antemeta dans une logique d'hybridation et le seront bientôt avec Azure. « Nous souhaitons en outre proposer plus que du simple IaaS mais aussi du PaaS », ajoute Etienne Lecoq. Pour ce faire, l'intégrateur a mis en place une market place qui regroupera de nombreux services cloud tels que Elastic Search, Cassandra ou encore Maria DB, ainsi que ses solutions maisons de cyber-sécurité et de SOC. « L'idée est que nos clients puissent utiliser nos solutions pour mettre en place des chaines applicatives entièrement cloud », explique Etienne Lecoq. A noter qu'il sera également possible de tester les offres SAP (ERP et HCM) depuis cette market place.

16 M€ dans le cloud en 2017

Avec près d'un an de R&D pour ces solutions, Antemeta se fixe bien évidemment des ambitions élevées. « D'ici la fin de l'année, nous espérons faire une démonstration de notre offre MyADC à au moins une quarantaine de clients. Le but est que la moitié d'entre eux signe avec nous en 2017 », déclare le directeur commercial. Ainsi l'offre MyADC générera au moins 5 M€ de chiffre d'affaires l'an prochain. Antemata, qui réalisera environ 60 M€ de facturations cette année, espère que le cloud représentera en tout 16 M€ en 2017.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité