Chrono Cartouche mise sur le multicanal pour croître sur le marché de l'impression

La boutique de Chrono Cartouche à Grenoble. Crédit photo : D.R.

La boutique de Chrono Cartouche à Grenoble. Crédit photo : D.R.

Le cybermarchand Chrono Cartouche veut se lancer dans la commercialisation de consommables et de matériels d'impression en points de vente physique. La récente acquisition du revendeur en ligne Cdutoner doit également l'aider à faire progresser ses parts de marché sur le web.

Face à la contraction de son marché, le revendeur d'imprimantes et de consommables Chrono Cartouche cherche à diversifier ses canaux de distribution pour soutenir sa croissance. Créé en 2006, ce pure player du web (1 M€ de CA) veut aussi réaliser des transactions dans des espaces physiques. D'abord, en montant son propre réseau de boutiques par la voie de la franchise. Dans cette optique, il a ouvert en mai 2016 un magasin en propre dans le centre de Grenoble, ville où son siège est implanté. Il servira à valider le concept pour proposer à un nombre mesuré d'indépendants de le dupliquer.

Pour générer du trafic, les boutiques proposeront des services d'impression et seront également des Points Relais. En revanche, elles ne disposeront d'aucun stock de consommables... Leur rôle est en effet de permettre aux clients de passer des commandes qui, une fois payées sur place, seront traitées puis livrées (en Point Relais ou à domicile) gratuitement par la logistique du site web de Chrono Cartouche.

S'associer aussi avec des commerçants

A en croire, Idriss Reggad, le fondateur de Chrono Cartouche, cela ne devrait pas pénaliser les boutiques. « Une cartouche achetée en magasin n'est en général utilisée que le lendemain ou gardée en réserve. En outre notre mode de fonctionnement nous permet de proposer aux clients les prix du web en point de vente.» Cette approche, le revendeur ne compte pas l'appliquer qu'à des espaces qui arboreront son enseigne. Il souhaite aussi proposer à des bureaux de tabac et des librairies papeteries labellisés Point Relais d'enregistrer, eux aussi, des commandes pour son compte avec une marge de 10 à 15%. Sur le site de Chrono Cartouche, le panier moyen est d'environ 80 €. « L'idée est de collaborer avec une cinquantaine de ces commerçants à l'horizon 2017 », indique Idriss Reggad.

Ce dernier cherche aussi à convaincre des centres commerciaux de placer des bornes Chrono Cartouche dans leurs allées. Sur ces deux derniers points, rien n'est encore fait. Chrono Cartouche devrait disposer d'un développeur commercial chargé de passer des accords avec des centres commerciaux et des commerçant au quatrième trimestre 2016 au plus tard.

Le « défi » du rachat de Cdutoner

En dépit de l'expansion programmée de son champ d'action dans le monde physique, Chrono Cartouche n'en demeure pas moins intéressé par la hausse de ses parts de marché sur le web. Pour preuve, le revendeur a tout récemment racheté le site de vente en ligne de consommables Cdutoner à la barre du tribunal de commerce. Mis en redressement judiciaire en mai dernier, ce dernier a réalisé 700 000 K€ de chiffre d'affaires HT en 2015. Néanmoins son acquéreur ne s'attend pas à récupérer d'emblée tous les clients de son ex-concurrent. « Le site Cdutoner est resté plusieurs mois inaccessible, ce qui a évidemment nuit à sa réputation. A nous de retravailler son fichier clients et de mettre en avant nos atouts comme la livraison gratuite. Nous serions satisfaits si nous arrivions à récupérer 50% des revenus qu'il générait », conclut Idriss Reggad.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité