DFM acquiert S'Print et prépare de nouveaux rachats

S'Print rejoint le groupe DFM en tant que filiale dirigée par Jacques Danos. Crédit photo : D.R.

S'Print rejoint le groupe DFM en tant que filiale dirigée par Jacques Danos. Crédit photo : D.R.

Le rachat de S'Print apporte 4 M€ de chiffre supplémentaires à l'activité de bureauticien du groupe DFM. En 2018, ce dernier va déménager son siège de Créteil dans des locaux plus spacieux et devrait procéder à deux nouvelles acquisitions pour développer sa présence en régions.

Affichant aujourd'hui 32 M€ de chiffre d'affaires annuels, contre 26 M€ en 2016, DFM s'est fixé pour objectif de porter ses facturations à 50 M€ d'ici trois. Pour ce groupe né dans la bureautique en 2002 et qui s'est développé par la suite aussi dans la sécurité et les télécoms, la réalisation de ses ambitions continue de passer notamment par de la croissance externe. Récemment, l'entreprise a clos sa neuvième acquisition en mettant la main sur le revendeur de copieurs S'Print basé à Boulogne-Billancourt (92). Elle récupère ainsi plus de 4 M€ de revenus, un effectif de 11 personnes et un parc de 500 clients équipés d'un millier de copieurs.

Un rachat qui crée des liens avec Konica Minolta

A la différence de DFM qui commercialise surtout les marques Canon et Sharp, S'Print se spécialise dans les équipements de Konica Minolta. Une état de fait qui explique en partie pourquoi le revendeur boulonnais va demeurer dans ses locaux, rester une entreprise à part entière et conserver son enseigne, alors même que DFM possède une agence relativement proche à Clichy (92) « Nous souhaitons aussi conserver la proximité que S'Print a su créer avec ses clients au fil des années », ajoute Dan Djorno, co-fondateur du groupe DFM.

Créé en 1984, S'Print a connu une période difficile. En 2004, l'entreprise alors en perte de 150 K€ et trainant une dette de 850 K€ est rachetée par Eric Benadiba à la barre du tribunal de commerce. L'homme parvient à en refaire une entreprise bénéficiaire et la revend à l'été 2012 à Jacques Danos, un ancien directeur des opérations de Konica Minolta Business Solutions. Ce dernier va d'ailleurs rester à la tête de S'Print. « Un bon travail de développement a été réalisé mais la structure était limitée par sa capacité financière pour aller plus loin », indique Dan Djorno. DFM compte faire jouer les synergies entre lui et sa nouvelle acquisition, notamment sur le plan de services techniques, pour la faire croître davantage. Le groupe entend aussi promouvoir ses compétences en informatique, télécoms et sécurité (IT et périmétrique) auprès des clients de S'Print.

Racheter des bureauticiens pour mieux placer l'ensemble de l'offre

Au début de l'année 2018, DFM devrait annoncer deux nouveaux rachats ciblant aussi des bureauticiens. Des acquisitions qui seront réalisées hors de l'Île-de-France où DFM ne dispose jusqu'à présent que d'une agence à Lyon. « Les clients des revendeurs bureautiques sont assez captifs. De fait, il est plus intéressant de racheter des sociétés distribuant des systèmes d'impression pour travailler ensuite leurs bases de clients avec l'ensemble nos offres », explique Dan Djorno. L'autre rendez-vous important de DFM en 2018 est le déménagement de son siège, toujours à Créteil (94), dans 5000 mètres carrés de locaux où seront regroupés sa logistique et ses bureaux.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

Publicité