En 2017, Resophone Group entend à rationaliser ses multiples filiales

Frédéric Décard, le président de Résophone Group, entend ouvrir le capital de la société à ses cadres.

Frédéric Décard, le président de Résophone Group, entend ouvrir le capital de la société à ses cadres.

Ayant pris pour habitude de baser la moitié de sa croissance sur des acquisitions, Résophone Group a décidé de marquer une pause cette année. Et pour cause, la société  passe de 9 à 3 filiales tout en développant une nouvelle offre basée sur les solutions Sage.

Resophone se rassemble pour simplifier sa gouvernance et mieux développer ses synergies. Début 2017, l'opérateur de service (télécom, cloud, services managés, infogérance) est passé de 9 à 3 filiales. Aujourd'hui, le groupe s'articule ainsi autour de la maison mère, Resophone Group (12 M€ de CA en 2016), de Resophone Grand Sud-Est, qui diffuse ses solutions sur la région éponyme et enfin de RI2T, une société bordelaise acquise en 2016 pour porter son offre Sage. Dans sa globalité, la société a réalisé 15 M€ de facturations en 2016. A noter que les anciennes filiales ont pour la plupart été fusionnées à Resophone Group. Une démarche salutaire d'après les dirigeants de la société.

« Il était temps pour nous de réaliser cette rationalisation. Si nous avions attendu encore deux ans cela aurait été deux ans de trop », déclare Frédéric Décard, président de Resophone Group qui dirige la société à part égale avec son associé, Pierre Adzic, le directeur général. « Nous risquions d'accentuer l'effet de silos. Grâce au rapprochement, nous allons pouvoir renforcer les synergies déjà existantes tout en simplifiant la gouvernance », poursuit Frédéric Decard. Pour autant, la société n'abandonne pas le mode de gouvernance qui a fait son succès, à savoir l'investissement de ses managers dans l'actionnariat de ses filiales. « Nous avions pour habitude de placer à la tête des entités rachetées ou créées des dirigeants avec une promesse de prise de participation si les objectifs fixés étaient atteints », rappelle le dirigeant.

Des managers investis à hauteur de 40% du capital

Par exemple, RI2T et Resophone Grand Sud-Est sont respectivement détenus à 30% et 40% par leurs dirigeants. Pour Resophone Group, les managers des anciennes filiales fusionnées restent à la têtes de celles-ci et Frédéric Decard prévoit d'ouvrir entre 10% et 15% du capital de l'entité pour qu'ils gardent un intéressement similaire. A noter d'ailleurs que les équipes parisiennes de Resophone Groupe (70 personnes) devraient se retrouver dès le mois de mai dans un nouveau bâtiments de 1000 m² à Noisy-le-Sec. Elles se répartissaient auparavant entre trois implantations. Au-delà de cette simple considération pratique, Resophone Group a d'autres projets pour 2017.

Alors que la société avait pour habitude de bâtir sa croissance à part égale sur de l'organique et des acquisitions, elle ne prévoit pas de recourir à ces dernières en 2017. « C'est une première depuis longtemps (en 2016 la société avait fait deux acquisitions, idem en 2015 NDLR) mais nous allons nous consacrer principalement à la rationalisation de l'activité et nous appuyer uniquement sur la croissance organique », explique Frédéric Decard. Pour soutenir cette dernière, la société va notamment s'atteler à développer l'activité Sage de RI2T. Cette dernière étant surtout présente sur le secteur des petites PME, Resophone Group souhaite étendre son champ d'activité vers de plus grosses entreprises, notamment avec les offres Sage 100. En outre, son expertise devrait être diffuser à travers les autres entités du groupe afin qu'elles puissent à leur tour proposer ces offres.

20M€ en 2020

Cette stratégie vise à nourrir les 20% de croissance organique qu'ambitionnent de réaliser Resophone Group et ses filiale en 2017. « Nous souhaitons atteindre 17 M€ de chiffre d'affaires cette année », déclare Frédéric Decard. Conformément au plan stratégique 20/20, défini en 2014, alors que la société réalisait 7 M€ de facturations, Resophone Group compte franchir la barre des 20 M€ à l'horizon 2020.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers » prouvent une fois de plus la...

Publicité