Report One s'attaque au marché des ETI et des grands comptes

Avec le lancement de MyReport BE, Report One dispose d'une application taillée pour les grands comptes et les ETI et qui vient s'ajouter au réseau de distribution et à l'équipe qu'il a créés pour cette cible de clients.

Avec le lancement de MyReport BE, Report One dispose d'une application taillée pour les grands comptes et les ETI et qui vient s'ajouter au réseau de distribution et à l'équipe qu'il a créés pour cette cible de clients.

L'éditeur de solutions de reporting et de BI Report One a lancé cet été une solution conçue pour les entreprises de grande taille. Une nouvelle clientèle dont il avait déjà préparé l'assaut en amont avec la mise en place d'un réseau de distribution et d'une équipe interne dédiés.

Avec sa solution MyReport dont les ventes représentent 70 à 80% de son chiffre d'affaires, Report One fournit depuis 13 ans un logiciel de reporting et de BI aux TPE et aux PME, souvent en complément de leurs logiciels de gestion. Depuis un an environ, l'éditeur français s'organise pour toucher aussi les grands comptes et les ETI. En juillet dernier, une nouvelle et importante étape a été franchie dans cette stratégie de conquête avec le lancement de MyReport Business Evolution (BE). Taillé pour la nouvelle cible de clients de l'éditeur, « ce nouveau produit conserve les fondamentaux de MyReport [Ndlr : intégration à Excel, possibilité de créer des rapports par simples glisser-déposer, etc.], indique Ayrald Berthod, le directeur général délégué de Report One. Bien sûr, il comporte aussi des évolutions comme l'adoption d'une architecture n-tiers, un module d'administration ou encore un reporting en temps réel à partir de données multiples. »

40 partenaires pour cibler ETI et grands comptes en 2018

MyReport Business Evolution dispose déjà d'un réseau de distribution dédié. En amont de sa mise sur le marché, Report One avait, en effet, déjà commencé à recruter des revendeurs capables de cibler les ETI et les grands comptes. Aux dires de l'éditeur, ils sont 25 à l'heure actuelle. Les trois quart d'entre sont issus des rangs des 400 sociétés, plutôt spécialisées dans l'intégration de logiciels de comptabilité et de finance, qui commercialisaient déjà MyReport dans sa version classique. « Nous avons également conquis de nouveaux partenaires chez les ESN et les gros intégrateurs, par exemple Absys Cyborg et Prodware avec qui nous n'avions pas d'accord nationaux jusqu'ici », se félicite Ayrald Berthod. En 2018, le nombre de revendeurs de MyReport BE devrait être porté à 40. Le vivier de partenaires historiques de MyReport devrait encore fournir des troupes, mais Report One veut également cibler davantage de professionnels de l'IT spécialisés dans la BI.

Sans surprise, le ciblage d'un nouveau type de clients impose à Report One de faire évoluer son organisation interne. L'éditeur s'est doté d'une équipe de quinze personnes réparties en trois directions régionales et qui doit encore s'agrandir. En outre, il a mis en place à Paris une force de vente supplétive complétée par une autre équipe de commerciaux supplétifs, sédentaires cette fois-ci, basés sur son campus de développement à Albi (81). Leur objectif ne sera pas de vendre MyReport BE aux entreprises mais de les approcher pour fournir des leads aux revendeurs.

Plus de valeur ajoutée en services pour les partenaires

Cette année, Report One s'attend à réaliser 6,4 M€ de chiffre d'affaires, soit 18,5% de mieux qu'en 2016. Son entrée de plein pied sur le marché des grands comptes et des ETI devraient, à priori, nourrir encore un peu plus sa croissance. D'une part, parce que la population de clients auxquels s'adresse l'éditeur est désormais plus large. En outre, alors que le panier moyen d'un projet concernant les TPE/PME oscille entre 5000 et 8000 € (60% de licences, 40% de prestations), celui lié à une mise en oeuvre chez les grands comptes/ETI varie entre 35 et 50 K€ (70% de prestations, 30% de licences).

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité