SFR doit de nouveau indemniser un ancien distributeur comme un salarié

Est-il encore possible pour SFR de refuser de considérer certains de ses revendeurs agréés comme ses propres collaborateurs ? La justice, elle, semble s'entêter à répondre que non. D'après une information qui nous a été divulguée par le blog telecoms, l'opérateur a encore été condamné, par la cour d'appel de Paris, le 25 septembre à payer plusieurs milliers d'euros à l'ancien dirigeant d'un espace SFR Entreprises auquel elle a reconnu le statut de salarié de la filiale de vivendi. A notre connaissance, c'est la quatrième fois que SFR perd devant les tribunaux sur ce point.

Le salariat en contrepartie des obligations imposées par SFR

Cette fois-ci, c'est Jean Raymond Giroussens, le gérant de la société Electronique Occitane qui attaquait. En 2002, sa société signait un contrat Espace SFR Entreprises puis un contrat de distributeur SFR qui a continué de lier les deux entreprises de décembre 2005 à décembre 2008, date à laquelle SFR y met un terme. L'homme décide alors de réclamer des indemnités devant le conseil des Prud'hommes. Jugeant qu'il n'a pas le statut de salarié de SFR, celui-ci rejette ses demandes.
Elles ont en revanche été suivies par la cour d'appel de Paris à qui il était demandé de statuer sur une période allant de janvier 2004 à janvier 2005, lorsqu'Electronique Occitane était Espace SFR Entreprises. D'une part, le tribunal s'est basé sur le fait que ce contrat n'aurait pas été signé avec Electronique Occitane sans la présence de Jean Raymond Giroussens dans la société. Cette situation correspond au concept juridique de l'intuitu personae qui fait de l'identité des contractants une des conditions déterminantes d'un contrat. Il s'est ensuite appuyé sur le fait que le contrat qui liait le revendeur à l'opérateur l'obligeait à réaliser 80% de son chiffre d'affaires en commercialisant des produits et services de SFR. Ce dernier lui imposait en outre des quotas de ventes mensuelles d'abonnement à ses prix et à ses conditions en plus d'un agencement particulier de la boutique. De plus, Electronique Occitane était tenu par son principal fournisseur d'employer deux titulaires pour le service commercial et la vente dans la boutique pour réaliser ses objectifs.

SFR devra payer entre 36 K€ et 110 K€

Reconnaissant ainsi le statut de gérant de succursales soumis au code du travail à Jean Raymond Giroussens, la cour d'appel lui a conséquemment accordé une bonne partie des indemnités qu'il demandait sur une période de deux ans. SFR doit ainsi lui verser plus de 36 K€, notamment au titre de préavis, de licenciement sans cause réelle et sérieuse et d'indemnités conventionnelles de licenciement. L'opérateur devra également lui verser tout ou partie des 68 K€ qu'il doit au titre de rappels de salaires et près de 7 000 € pour congés payés afférents. En résumé, SFR pourrait devoir débourser de 36 K€ à plus de 110 K€ au plaignant.

Ajouter un commentaire
2
Commentaires

telecoms bonjour !, « enfin » une autre excellente nouvelle : « un nouveau revers pour Vivendi SFR » mais aussi pour le secteur si « vertueux » de la Distribution de Nouvelles Technologies, car il ne faut pas se leurrer, le secteur s’est développé sur le même modèle : mensonge, tromperie et pour ceux qui ont l’outrecuidance de s’opposer (c’est à dire « réclamer leur rémunération »), menaces, chantage, manipulations, pressions, mises à mort,…, et il faudrait « taire » ce si joli tableau ?, « en effet », le blog telecoms a rassemblé, a fédéré, a communiqué, a partagé des informations et accède à certaines infos qu’il pense parfois « judicieux » de mettre sur la place publique ou de les partager avec les deux seuls journalistes qui font leur travail ChannelNews et Distributique (pour les autres, un tout prochain article sur le blog telecoms sera sans doute très critique à leur égard, un autre le sera aussi vis à vis des politiques si… absents), « Vivendi SFR ment à ses propres Distributeurs depuis toujours » : je comprends les multiples tentatives visibles et invisibles, pour « museler » et empêcher par tous les moyens la connaissance de ce genre d’informations et leur propagation ; neuf telecom, dirigé alors par Jacques Veyrat, détenu alors par le groupe Louis Dreyfus, puis la Ficome et enfin Vivendi SFR, repreneur de neuf telecom, « s’échinent » depuis 2004 à me faire « disparaître »… je suis bien « vivant », tout de même bien malmené, mais toujours actif, il est connu de tous...

GIROUSSENS JR Bonjour, Nous avons demandé des indémnités dans la mesure où nous avons été spolié des 5500 lignes environ que nous avions activées chez l'Opérateur . La non reconduction de notre contrat nous empêchait de travailler notre clientèle.(ajouts ou fidélisations) SFR a partagé entre ses distributeurs notre clientèle. Le débat actuel est que les Tribunaux de Commerce parlent " en abonnés " et non en "clients " alors que nous démarchons des clients (vente d'un terminal) qui deviennent des abonnés. Il est injuste de dissocier les clients des abonnés. Fin 2008, en moyenne ,SFR facturait grâce à notre travail 150 K€ / mois . Cdt, JR GIROUSSENS

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité