Spark : Cisco mise sur la sécurité et l'adaptabilité

Eric Greffier, directeur général de Cisco France.

Eric Greffier, directeur général de Cisco France.

Cisco France reste très discret quant à l'adoption de sa solution de collaboration, Spark, sur le marché français. Il faut dire que le fabricant fait face à une double concurrence, d'une part des acteurs historiques solidement implantés que sont Mitel et Alcatel, et d'autre part, de celle des acteurs montants comme Slack.

Dans un monde de la collaboration en ébullition, Cisco met en évidence certaine difficultés sur le marché français. Dans le secteur grands comptes, le marché de la collaboration est dominé par les acteurs historiques que sont Alcatel et Mitel. Il est très difficile de les déloger. Pour autant, cela n'empêche pas le fabricant américain d'avancer ses pions. Si Microsoft met en avant une intégration complète avec la suite Office 365 pour vendre son outil Teams, présenté cette semaine, le leit motiv de Cisco, incarné par Spark, porte plus sur la sécurité et l'adaptabilité.

« La question de la sécurité est encore celle qui revient le plus quand nous dialoguons avec les clients », rappelle Eric Greffier directeur général de Cisco France. Avec Spark, Cisco garantit un chiffrement complet des données issues des documents et des conversations (textuelles ou vidéos) qui transitent via la plateforme. Le client est en outre seul détenteur des clés de chiffrement.

L'adoption passe par les usages BtoC

Pour l'adaptabilité, Cisco a fait le pari d'ouvrir sa solution aux développeurs tiers à travers son interface de développement DevNet. « Aujourd'hui, n'importe qui peut développer des solutions pour adapter Spark à ses usages », explique Eric Greffier. Avec l'ajout de bots, alliés à des systèmes de remontée des logs, il est ainsi possible d'utiliser Spark comme une solution d'automatisation de processus métiers, par exemple pour la gestion d'équipes de techniciens. « Nous devons penser d'abord aux usages métiers. C'est grâce à eux que nous percerons sur le marché. C'est l'adoption par les utilisateurs finaux qui déterminera si nos solutions sont réussies ou non », explique Eric Greffier. Pour autant, Cisco reste très discret quant à l'adoption de ses solutions de collaboration sur le marché français, rappelant les difficultés évoquées plus haut. La montée en puissance des solutions de type Slack, calquées sur les usages BtoC, est aussi une concurrence indéniable. Eric Greffier l'évoque d'ailleurs en parlant de la version freemium de Spark, accessible gratuitement. Il sait pour autant que celle-ci ne sera sûrement pas adoptée massivement par le grand public.

Pour étendre sa solution, Cisco a présenté en janvier dernier une extension plutôt attrayante de son offre sous la forme d'une tablette collaborative grand format baptisée Spark Board. Il s'agit d'un terminal client spécifiquement conçu pour son service Spark dans le cloud. Cette solution présente l'intérêt d'être fortement intégrée avec l'environnement iOS à la suite d'un partenariat étroit avec Apple. Le Spark Board peut notamment utiliser la base de données native des contacts de l'iPhone pour créer automatiquement des entrées pour les sessions Spark Board.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers » prouvent une fois de plus la...

Publicité