Computacenter France nomme son nouveau DG sur fond d'agitation sociale

Isabelle Roux-Buisson succèce à Henri Viard à la tête de Computacenter France.

Isabelle Roux-Buisson succèce à Henri Viard à la tête de Computacenter France.

La SSDI remplace Henri Viard par Isabelle Roux-Buisson. La nouvelle directrice général fait son entrée dans l'entreprise alors qu'un PSE menaçant 230 postes est en cours. Il est vivement attaqué par les organisations syndicales qui ont appelé les salariés à faire grève le 3 juin.

Computacenter a enfin trouvé un successeur à Henri Viard, l'ancien directeur général de sa filiale française remercié à la fin 2013. Le groupe de distribution britannique a recruté Isabelle Roux-Buisson pour prendre la tête de ses activités dans l'Hexagone. Son arrivée met fin à une période d'intérim durant laquelle la gestion de Computacenter France avait été confiée à Mike Rodwell, le directeur des opérations de la branche distribution du groupe. Pour l'heure, l'entreprise n'a pas encore officiellement communiqué sur cette nomination ni sur les grands axes de l'action que va mener la nouvelle dirigeante. Tout juste peut-on se référer au communiqué que le groupe avait envoyé à ses salariés lors du départ d'Henri Viard. Il y précisait que son remplaçant aurait un rôle différent, plus axés sur les ventes et le service delivery.

Sur les réseaux sociaux professionnels, on peut lire qu'Isabelle Roux-Buisson fut directrice général de l'activité Imaging & Printing Services de HP en EMEA de 2003 à 2007. Sa carrière s'est poursuivie chez le VAD Arrow Electronics en tant que directrice général pour l'Europe du Sud. En 2010, elle a intégré le groupe Tech Data au poste de directrice régional d'Azlan pour les pays d'Europe Germanophones.

Grève des salariés ce 3 juin contre la suppression de 230 postes

Elle rejoint aujourd'hui Computacenter à un moment où la filiale française oeuvre à la mise en place d'un PSE qui menace environ 230 postes sur 2 200 salariés. Lors des réunions qui se sont tenues afin de négocier les conditions du plan social, les relations entre les représentants du personnel et la direction de la filiale française se sont nettement tendues, même si l'enveloppe allouée à l'indemnisation des salariés menacés a été relevée de 10 à 14 M€. Au point que les collaborateurs de l'entreprise débrayaient ce 3 juin de 9h00 à 17h00 à l'appel du syndicat Solidaires Informatique.

Par F.A.
Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

Publicité