LDLC : plus de BtoB et des produits maison pour stimuler encore la croissance

Olivier De La Clergerie, CEO de LDLC assure que le marché BtoB connait une plus forte croissance que le marché BtoC.

Olivier De La Clergerie, CEO de LDLC assure que le marché BtoB connait une plus forte croissance que le marché BtoC.

Afin de couvrir le chemin qui lui reste à parcourir pour atteindre le milliard d'euros de chiffre d'affaires, LDLC mise notamment sur les ventes aux professionnels et le développement de produits conçus par ses soins. 

Suite au rachat de Matériel.net, le groupe LDLC s'est fixe pour objectif de réaliser 1 Md€ de chiffre d'affaires à l'horizon 2021. Avant cette acquisition, le groupe avait déjà commencé à actionner d'autres leviers de croissance, comme se doter d'un réseau national de boutiques physiques. Aujourd'hui, il mise aussi sur le renforcement de ses ventes BtoB pour soutenir son développement. « Nous notons clairement une accélération de la demande des TPE et des PME pour les équipements informatiques. La croissance est d'ailleurs supérieure sur le BtoB que sur le BtoC », déclare Olivier De La Clergerie, le CEO de LDLC. Au cours de l'exercice 2015/2016 (clos au 31 mars), les ventes aux professionnels ont généré environ 110 M€ sur un chiffre d'affaires pro forma global de 460 M€ (en tenant compte de l'acquisition de Materiel.net consolidée en avril 2016). « Nous aimerions que la part du BtoB augmente dans les prochaines années. Le but est qu'elle représente environ 300 M€ à l'horizon 2021 », déclare le dirigeant.

Le BtoC reste toutefois la principale source de revenus de LDLC qui mène plusieurs initiatives pour développer son poids sur ce marché. D'abord, il y a bien évidemment le réseau de magasins dont l'expansion a débuté en 2013. Le groupe, qui possède 22 boutiques à l'heure actuelle, espère en exploiter une centaine à l'horizon 2021. « Dans l'IT, le canal physique représente encore 75% des ventes sur le marché français. Nous ne pouvons pas passer à côté », rappelle Olivier De La Clergerie. A l'horizon 2021, le canal physique devrait générer 400 M€ de chiffre d'affaires.

Des produits maison inédits

Autre action notable de la part de LDLC sur le marché grand public, le groupe se lance dans la conception et la commercialisation de ses propres produits (autres que les PC qu'il assemble lui-même). Le premier produit disponible est le TILTeek FixCard dévoilé la semaine passée. Il s'agit d'un support permettant de protéger les composants d'un ordinateur fixe pendant le transport. « Aujourd'hui, les pièces, comme les cartes graphiques ou les ventirads, sont de plus en plus lourds. Dans le cas des PC au format tour, les cartes mères sont très sollicitées lors d'un transport et peuvent s'abîmer. Notre produits permettent d'éliminer ces contraintes », détaille le dirigeant.

TILTeek FixCard


Le TILTeek FixCard de LDLC permet de réduire les contraintes sur les cartes mères lors des transports.

Le lancement de ce produit ne restera pas sans suite. « Nous avons composé en début d'année une équipe de R&D dédiée à la conception de nos propres matériels. Évidemment nous n'allons donc pas nous arrêter à ce produit », déclare Olivier De La Clergerie, qui reste toutefois très discret quant à la forme que pourrait prendre les futures créations. A l'entendre, il n'est pas à exclure de voir arriver des produits plus technologiques.


500 M€ de CA cette année

Au titre du premier semestre de son exercice fiscal 2016/2017, LDLC a publié des résultats en ligne avec ses objectifs. Le groupe affiche un chiffre d'affaire de 221,1 M€ en hausse de 54%. Hors acquisition de Materiel.net la croissance reste tout à fait honorable et s'établit à 10,2%. En outre, l'intégration de Materiel.net semble se passer sans encombre, en tous cas financièrement. L'EBITBA du groupe progresse en effet de 55% sur la période. Il atteint 10,1 M€. « Nous devrions encore afficher une croissance de revenus à deux chiffres pour l'exercice en cours, d'autant plus que le second semestre, période de noël oblige, est souvent le plus dynamique », déclare Olivier De La Clergerie. La barre des 500 M€ devrait donc être franchie en mars. 

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers » prouvent une fois de plus la...

Publicité