Pandémie et travail à domicile ont bousculé les usages numériques

Le confinement et le recours massif au télétravail suite à la pandémie de Covid-19 a changé profondément les usages numériques des français selon une étude du Credoc(crédit : Pexels)

Le confinement et le recours massif au télétravail suite à la pandémie de Covid-19 a changé profondément les usages numériques des français selon une étude du Credoc(crédit : Pexels)

Taux d'équipements et modes de connexion, usages mobiles et Internet et impacts du numérique au quotidien... Le dernier baromètre des usages numériques 2021 en France du Crédoc pour le compte de l'Arcep montre que la crise sanitaire les a bien bousculés.

Mené par le centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), le dernier baromètre du numérique 2021 porte sur un échantillon représentatif de 4 029 personnes de 12 ans et plus résidant en France métropolitaine et interrogées par téléphone et en ligne. Ce rapport a été réalisé pour le compte du conseil général de l'économie (CGE), de l'autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) et de l'agence nationale de la cohésion des territoires (Anct).

Particulièrement complète (348 pages), cette étude dresse un bilan de l'année écoulée en termes de taux d'équipements et modes de connexion, usages mobiles et Internet et impacts du numérique au quotidien. Marquée par une crise sanitaire sans précédent et des mesures associées (confinement, télétravail...), 2020 a été l'année de changements d'habitudes certains. « Télétravail, école à distance, courses en ligne et développement du click and collect, consultations médicales en visio, loisirs au domicile, nombreux sont les pans de la vie où les pratiques digitales sont devenues la norme, pour certaines du jour au lendemain », peut-on lire dans le rapport. Avec à la clé plusieurs impacts notamment sur le télétravail.

Le numérique empiète moins sur la vie privée

D'après le Credoc, les salariés ont plutôt apprécié le télétravail, et une majorité (58%) souhaitent même voir son adoption étendue après la crise. « Dans le même sens, le baromètre du numérique montre que, pour une part croissante d'actifs en emploi, Internet permet de mieux concilier vie privée et vie professionnelle (58 %, + 4 points par rapport à 2017). Le sentiment que l'usage du numérique pour des besoins professionnels en dehors des horaires et des bureaux empiète trop sur la vie privée est en recul de 10 points (passant de 33 % en 2017 à 23 % cette année) », signale le rapport.

Sur l'année écoulée, un adulte sur trois a télétravaillé (33%) en 2020 selon le rapport. Un chiffre qui parait faible mais qui concerne ici l'ensemble des personnes interrogées. Rapporté seulement aux actifs, ce taux atteint près de 64 % pendant les périodes de confinement. « Cette crise et les périodes subies de télétravail ont-elles provoqué, avec l'organisation du télétravail et le déroulement de la vie privée au sein des mêmes lieux, des tensions entre ces deux domaines ? Globalement, il n'en est rien. C'est même l'inverse qui se produit », assure l'étude. Le sentiment des télétravailleurs est également d'autant plus favorable qu'ils l'ont effectué seuls et sans difficulté (66%) ou avec de l'aide (70%). S'ils ont télétravaillé mais qu'ils ont eu des difficultés, ils sont alors un peu moins élogieux (58%) sur son usage.

L'équipement en smartphones et tablettes progresse

« En 2020, les nouvelles technologies s'intègrent de mieux en mieux dans la vie socioprofessionnelle et la vie privée de nos concitoyens. Ainsi, 58% des actifs considèrent qu'elles (notamment la micro-informatique et Internet) facilitent la compatibilité entre vie professionnelle et vie privée. Par rapport à 2013, la proportion d'actifs mettant en avant cette qualité des technologies a progressé significativement de 16 points », poursuit le Credoc. Autre effet induit par la crise sanitaire : le recours à la visioconférence. Force est de constater qu'elle s'est largement répandue, avec en 2020 près d'une personne sur deux (45 %) ayant indiqué avoir passé un appel par visioconférence au cours des douze derniers mois.

Le baromètre s'est par ailleurs penché sur le taux d'équipements en smartphones (84 % avec + 7 points sur un an) et tablettes (56 % en hausse de 14 points). Le multi-équipements pour se connecter à Internet a aussi progressé de 5 points pour concerner aujourd'hui 73 % des personnes résidant en France. Outre un taux d'équipement en progression, le nombre d'individus se connectant à Internet a aussi augmenté avec un accès quotidien pour 83 % d'entre eux (+5 points).

Bond des démarches en ligne, usage des réseaux sociaux et achats en ligne

« Dans une société de la mobilité, les terminaux portables avaient le vent en poupe. Les périodes de confinement et les restrictions de déplacement, en limitant les temps de transport, ont fait légèrement baisser l'usage des téléphones mobiles », précise toutefois l'étude. 71% des personnes interrogées ont au cours de l'année écoulée, accompli en ligne une démarche administrative (+ 5 points par rapport à 2019). La participation aux réseaux sociaux a, quant à elle, progressé de 7 points pour attendre 67 % souligne également le rapport. En outre, deux personnes sur trois ont téléchargé des applications (gratuites ou payantes) sur un téléphone en 2020 contre une sur deux en 2016.ns surprise, les achats en ligne ont fortement augmenté sur l'année écoulée et a concerné 76 % des personnes interrogées contre 62 % en 2019. « La fréquence d'achat s'intensifie également : on compte désormais 11 % d'acheteurs qui se font livrer une à deux fois par semaine, contre 6 % en 2018. Près d'un acheteur sur deux se fait livrer au moins une fois tous les mois, contre un sur trois auparavant (48 % vs 35 %). L'engouement pour le « click and collect », s'il est perceptible (7 % déclarent s'être fait livrer en magasin) reste mesuré (+4 points), le domicile restant le principal lieu de réception des achats », indique le baromètre.



Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité