Econocom veut atteindre 1,4 milliard d'euros de CA dès 2011

Avec vingt rachats conclus ces douze dernières années (par exemple Infopoint, Databail, PromoData, Synopse...), Econocom pourrait se dire spécialiste de la croissance externe. Le message est tout autre. La croissance sera interne et externe, une ligne directrice qui vaut pour les résultats 2010 et pour les projections 2011.

Econocom termine son exercice 2010 avec une croissance de 35% pour 1,023 milliard d'euros de chiffre d'affaires (CA). L'exercice 2009 marquait une progression de 5,9%, celui de 2008 de 2,3%. Le résultat opérationnel courant se monte, pour 2010 à  47,5 ME, en progression de 66%, les progressions étaient de 12%, 4,5% et 48,5% lors des trois exercices précédents.

Les 35% de progression, enregistrés en 2010, tiennent compte du rachat d'ECS, intégré sur les trois derniers mois de l'exercice. Les dirigeants d'Econocom toutefois, ne souhaitent pas livrer de chiffres pro-forma. Explications : Econocom était aux normes IFRS et ECS aux normes françaises, toute comparaison serait donc difficile. De plus, le calendrier est moins simple qu'il n'y paraît. Si ECS est intégré de manière comptable à partir du 1er octobre, les équipes se sont rapprochées dès le mois de juillet, certains contrats auraient été répartis entre les deux sociétés, sans désavantager les équipes commerciales d'ECS, de manière à préparer un rapprochement aux meilleures conditions.

Les chiffres pro-forma n'auraient donc pas de signification, soulignent les dirigeants d'Econocom, laissant sur leur faim analystes et journalistes.

Les dirigeants d'Econocom livrent néanmoins quelques précisions sur le rachat. Mandat leur a été donné par la Société Générale fin juin 2010 d'étudier le rapprochement avec ECS. Dès le début juillet, les équipes dirigeantes se seraient mises au travail, non seulement sur les aspects financiers mais surtout sur la partie commerciale, de manière à ne pas heurter et démobiliser les équipes d'ECS. Ce dernier souffrait principalement d'une mauvaise organisation comptable. Econocom a pris l'habitude de ne payer ses fournisseurs qu'après avoir reçu les 1ers règlements clients, c'était différent chez ECS, qui s'est rapproché des règles d'Econocom (d'où un gain de 90 ME).

Un désendettement très rapide

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

Affichage dynamique : les portes s'ouvrent pour les revendeurs IT

Affichage dynamique : les portes s'ouvrent pour les revendeurs IT

Avec des clients dans quasiment tous les secteurs, des prix en baisse et des solutions qui commencent à être moins compliquées à installer, le marché de l'affichage dynamique a du ...

Publicité