Avec Outposts, AWS se renforce dans le cloud hybride avec VMware

Sur re:Invent 2019, Andy Jessy, CEO d'AWS (à gauche), aux côtés de Pat Gelsinger (CEO de VMware), à Las Vegas. (Crédit : AWS)

Sur re:Invent 2019, Andy Jessy, CEO d'AWS (à gauche), aux côtés de Pat Gelsinger (CEO de VMware), à Las Vegas. (Crédit : AWS)

En annonçant son service Outposts lors de re :Invent qui se tient à Las Vegas du 2 au 6 décembre, AWS montre qu'il veut s'impliquer plus sérieusement dans le cloud hybride en profitant de son partenariat avec VMware. Mais à qui est destiné le nouveau service ?

Amazon Web Services (AWS) a créé la surprise en annonçant une offre cloud hybride appelée Outposts qui permet aux entreprises d'exécuter sur site les services d'AWS sur des racks préconfigurés et livrés par le fournisseur, comme s'ils étaient hébergés dans son propre datacenter. L'annonce a fait son effet, certains qualifiant ce changement de radical dans ce qu'on appelle le cloud « hybride ». Les utilisateurs de Microsoft et d'Azure Stack risquent d'avoir un avis différent sur la question, mais au moins, l'annonce marque un changement d'attitude d'AWS vis-à-vis du cloud hybride : en effet, le fournisseur a longtemps défendu et poussé les clients à migrer toutes leurs données sur son cloud public.

Le service Outposts est entièrement géré par AWS : les clients reçoivent un hardware et des logiciels configurés par AWS dans leur datacenter sur site ou leur espace de colocation pour faire tourner des applications cloud natives sans avoir à les exécuter dans les datacenters d'AWS. Cette infrastructure est installée, gérée, entretenue et prise en charge par AWS. Par contre, on sait encore peu de choses sur les tarifs et les spécifications de ce nouveau service dont le déploiement est prévu en 2019. Outposts devrait sûrement intéresser les clients qui souhaitent migrer vers le cloud, mais préfèrent conserver certaines applications sur site pour le moment, notamment des applications d'usine à faible latence ou celles qui posent des problèmes de résidence des données.

Répondre aux besoins de cloud hybride des entreprises Lors de son intervention à la conférence re:Invent, Andy Jassy, CEO d'AWS a déclaré aux côtés de Pat Gelsinger, cofondateur et CEO de VMware : « Parmi nos clients, certains vont, pour des raisons très différentes, conserver encore longtemps des charges de travail sur site. Souvent, pour certaines tâches - une usine ou ce genre d'environnement - ils ont besoin de très peu de latence. Ils nous ont demandé de leur fournir des services AWS, comme du traitement, du stockage, de l'hébergement sur site, qui leur permettraient d'interagir de façon vraiment transparente et constante avec le reste de leurs applications et services AWS ».

Les clients veulent une cohérence dans leur plan de contrôle, leurs API, leurs outils et leurs fonctionnalités de base entre leurs applications sur site et leurs applications cloud. Même si AWS dispose de capacités comme Virtual Private Cloud, Direct Connect ou Storage Gateway permettant aux entreprises d'avoir cette cohérence, elles ne composent pas un vrai cloud hybride aux yeux de certains clients. « Il y a quelques mois, un de nos clients voulait disposer de capacités de traitement et de stockage d'AWS sur site et reconnecter l'ensemble en toute transparence avec le reste de ses tâches AWS exécutées dans sa région. Le projet a été concluant et nous avons pensé qu'il pourrait être généralisé », a déclaré le CEO d'AWS.

Un lancement prévu en 2019 AWS Outposts, dont la mise en route est prévue pour l'année prochaine, est directement issu de ce projet. AWS fournira au client le matériel AWS, tel qu'il est configuré dans ses propres datacenters, et celui-ci pourra y installer et déplacer des applications pour les exécuter dans son propre datacenter, mais elles fonctionneront exactement comme des applications AWS. « Les racks commandés par les clients sont identiques à ceux qu'utilise AWS dans toutes ses régions, avec les logiciels de services d'AWS, pour le traitement et le stockage par exemple », a encore déclaré Andy Jassy. Celui-ci a expliqué que les clients pourraient travailler selon deux modalités : soit exécuter VMware Cloud sur AWS, soit exécuter le calcul et le stockage sur site en utilisant les mêmes API AWS natives utilisées dans le cloud d'AWS.

Comme l'a déclaré Gavin Jackson, directeur général d'AWS UK et ancien dirigeant d'EMC et de VMware, « notre parcours hybride, de l'intérieur du datacenter jusqu'au cloud, est déjà en place depuis un bon moment déjà avec Direct Connect et Virtual Private Cloud. Si certaines entreprises vont continuer à exploiter des applications sur site pendant quelque temps encore, elles veulent quand même avoir accès à des outils et des services plus granulaires offerts par la plate-forme AWS. Désormais, nous pouvons emballer tout cela et l'envoyer au datacenter du client sous deux jours ».

La tarification en question Comme l'a déclaré Scott Mulins, responsable des services financiers d'AWS : « cette fonctionnalité pourrait présenter un intérêt particulier pour l'industrie des services financiers, notamment pour résoudre certains problèmes de résidence des données. « Quelques pays dans le monde posent encore des problèmes de souveraineté et de résidence des données », a-t-il déclaré, ce qui signifie qu'une véritable option hybride pourrait grandement intéresser certains clients situés dans des zones géographiques où AWS n'a pas de région, comme en Suisse par exemple.

Selon l'analyste indépendant Kurt Marko, « Outposts montre implicitement qu'AWS reconnaît que la plupart des entreprises veulent ou doivent répartir leurs charges de travail et leurs données entre des systèmes sur site et des services cloud publics ». Il fait remarquer au passage que Microsoft offre cette possibilité depuis des années à travers sa pile Azure. Cependant, selon Kurt Marko, « c'est la première fois que les utilisateurs d'AWS pourront déployer un sous-ensemble de services AWS de base dans leurs propres datacenters ou dans leurs racks en co-location ». Cela dit, il reste encore beaucoup d'inconnus sur cette offre, notamment le modèle de tarification, les spécificités matérielles et le processus de déploiement », a-t-il ajouté.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité