DFM rachète HM Partners pour se renforcer dans les télécoms

De gauche à droite : Dan Djorno, Groupe DFM ;  Franck Makaci, Groupe DFM ; Mikaël Trabelsi, HM Partners ; et Mikaël Guenni, Groupe DFM

De gauche à droite : Dan Djorno, Groupe DFM ; Franck Makaci, Groupe DFM ; Mikaël Trabelsi, HM Partners ; et Mikaël Guenni, Groupe DFM

L'acquisition de HM Partners permet à DFM de gonfler son chiffre d'affaires dans la téléphonie de plus d'un millions d'euros. Stables au cours de l'exercice précédent, les revenus globaux du groupe devraient connaître une croissance à deux chiffres cette année.

A quelques jours de la clôture de son exercice 2020-2021, DFM officialise la troisième opération de croissance externe de son année fiscale. Après le prestataire de services IT toulonnais Winnet (mars 2021) et Alarme et Domotique (juin 2021), le groupe multispécialiste (bureautique, télécoms, informatique, sécurité périmétrique) a racheté HM Partners, une société fondée en 2012 par Mikaël Trabelsi. Ce dernier ne reste pas dans l'aventure. A l'inverse, son équipe de 5 personnes, jusqu'alors basée dans le 17ème arrondissement parisien, a d'ores et déjà rejoint l'agence francilienne et siège de l'acquéreur à Créteil (94).

Un rachat qui renforce deux des activités de DFM

Outre le fait qu'il élargit la force de frappe de DFM en région parisienne, le dernier rachat du groupe est aussi l'occasion pour lui de renforcer son activité dans les télécoms. Un marché qui représente environ 80% du million et demi d'euros de chiffre d'affaires généré par HM Partners en 2020. Le solde provient de la vente et la maintenance de copieurs, qui constitue le métier d'origine de DFM et reste sa principale source de revenus.

L'opération est également une bonne illustration de la volonté de DFM d'accélérer le rééquilibrage des contributions de ses différents domaines d'intervention dans ses revenus. Consciente qu'il est nécessaire de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier depuis des années (sa diversification à commencé en 2007 par la bureautique), le groupe a pu prendre toute la mesure de cette nécessité au plus fort de la crise du Covid-19. « Lors de notre dernier exercice, l'activité impression a été la plus affectée par la crise sanitaire, à cause de la baisse des facturations récurrentes apportées par la maintenance », expliquait Dan Djorno dans les colonnes de Distributique en mars 2021.

43 M€ de chiffre d'affaires attendus cette année

Résultat, l'an dernier, les facturations du groupe ont stagné à 38 M€. Depuis, DFM a repris le chemin de la croissance et devrait publier 43 M€ de chiffre d'affaires pour l'exercice qui s'achève. Toujours en recherche d'opportunités de développement, l'entreprise aux 230 collaborateurs et aux quatre agences commerciales (Lille, Toulon, Lyon et Créteil) indique déjà que de nouveaux rachat devraient être annoncés avant la fin 2021.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité