Santé : les dépenses informatiques et télécoms ralentissent sauf dans les logiciels

photo Intel

photo Intel

Depuis des années, le secteur de la  santé est considéré comme particulièrement prometteur pour les technologies numériques. La réalité est plus décevante, du moins se montre-t-elle très contrastée.

C'est un tableau détonant que dresse le cabinet IDC des dépenses informatiques et télécoms en France dans le secteur de la santé. Globalement, elles progressent de 2% atteignant  2 milliards d'euros. Mais dans cette masse, on distingue une partie en hausse, les logiciels, et deux secteurs en baisse : les services et les matériels (sauf smartphones et tablettes). La croissance du secteur est donc réelle, mais faible et plus ralentie que les autres années.

Les logiciels concernés sont aussi bien les logiciels métiers, pour la gestion des cliniques, que ceux, gérant les infrastructures (stockage, sécurité, virtualisation, automatisation des infrastructures) ou bien les logiciels décisionnels. Ces logiciels assurent le quart des 2 milliards de la dépense totale du secteur, les logiciels de cliniques en assurent le quart de cette dépense logicielle, ceux pour l'infrastructure 20%, le décisionnel : 6%.

Le SaaS en retard

L'étude note surtout que le retard de la France n'est pas rattrapé sur plusieurs sujets emblématiques comme l'archivage d'imagerie médicale et  le SaaS. En revanche, d'autres dossiers constituent des « bonnes surprises » selon les auteurs de l'étude, Silvia C Piai et Cyril Meunier, comme l'informatisation des blocs, la prescription électronique, les applications cliniques mobiles. 

Pour l'avenir, IDC estime que les investissements devraient se porter sur la virtualisation du poste de travail, les serveurs d'application pour la mobilité clinique, la VoIP, la sécurité des terminaux, les accès, les réseaux, les solutions de gestion des terminaux. 

Une dynamique de marché incontestable, toutefois, souligne IDC, le secteur fait face à deux complexités supplémentaires. D'une part, il se concentre ou plutôt continue de se concentrer côté prestataires. D'autre part, la décision passe de plus en plus à de nouvelles structures publiques : Syndicats inter-hospitaliers ou Groupements d'intérêt publics spécialisés.

pour aller plus loin sur le sujet :
https://www.distributique.com/actualites/lire-le-syntec-numerique-s-inquiete-de-la-faible-taille-du-marche-de-la-telemedecine-16512.html
http://www.syntec-numerique.fr/sites/default/files/related_docs/livre_blanc_telemedecine_avril2013.pdf

 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité