Xerox aurait voulu forcer HP à le racheter avant de lancer son OPA

La saga de la fusion HP-Xerox semble avoir commencé en août 2019, lorsque l'investisseur activiste Carl Icahn contacte le CEO de HP pour l'inciter fortement à racheter Xerox. Crédit photo : D.R.

La saga de la fusion HP-Xerox semble avoir commencé en août 2019, lorsque l'investisseur activiste Carl Icahn contacte le CEO de HP pour l'inciter fortement à racheter Xerox. Crédit photo : D.R.

Des documents réglementaires émanant de HP montrent que Xerox s'est montré très insistant pour être racheté par son concurrent avant novembre 2019. Faute d'avoir accepté de fournir à HP des documents qui aurait permis d'envisager des discussions plus avancées, c'est lui qui a clos les échanges autour de sa possible acquisitions pour passer ensuite à l'offensive.

Lancée en novembre 2019, la tentative de rachat de HP par Xerox pour 35 Md$ est devenue un feuilleton à rebondissements dont il manquait les premiers épisodes. Le premier des deux protagonistes vient de publier un document réglementaire indiquant que c'est en fait Xerox qui s'est initialement montré insistant pour qu'il le rachète. Il y est notamment écrit que lors de discussions qui se sont tenues le 4 septembre dernier, John Visentin, le CEO de Xerox, aurait déclaré à Dion Weisler, l'ex-dirigeant de HP, qu'il préférerait voir sa société acquise par son concurrent plutôt que l'inverse. Raison alors invoquée : mettre la main sur HP demanderait notamment à Xerox de lever une dette trop importante et pourrait entamer sa cote de crédit.

Carl Icahn, l'entremetteur menaçant

Pour comprendre l'intégralité de l'affaire, il faut remonter à la mi-août 2019, quand l'investisseur activiste Carl Icahn contacte Dion Weisler pour l'informer qu'il a racheté 4% des actions de HP. Dans la foulée, il exprime le souhait de voir HP prendre possession de Xerox, arguant que la création de ce nouvel ensemble créerait une valeur considérable : 3,5 Md$ de réduction de coûts et une hausse de chiffre d'affaires. Il s'avère aujourd'hui que les baisses de dépenses envisageables sont davantage de l'ordre de 2 Md$. Au cours de la conversation, Carl Icahn aurait par ailleurs précisé que si l'opération n'était pas réalisée, rapidement de surcroît, il réfléchirait alors à racheter HP. Dion Weisler ne reste pas sourd au message puisqu'il envoie par la suite au CEO de Xerox, poulain de Carl Icahn, des questions préliminaires à la tenue de discussion plus avancées.

Le temps passe et de nouveaux contacts sont pris par Carl Icahn et John Visentin avec Dion Weisler pour lui réitérer leur souhait de voir HP et Xerox fusionner. Toutefois, les questions du patron de HP restent sans réponses. Le 27 septembre, les deux dirigeants se parlent de nouveau et celui de Xerox presse encore son homologue d'avancer vers un rapprochement. Mais, Dion Weisler met l'accent sur le fait qu'il n'a toujours pas eu de retour sur les points à éclaircir avant d'entrer en négociations.

Xerox refuse à HP les informations pour faire une offre

Les choses commencent à s'envenimer quelques jours plus tard. Le 4 octobre, répétant l'intérêt de HP pour un rapprochement avec Xerox, Dion Weisler fait une fois de plus remarquer qu'aller plus en avant est impossible tant qu'il n'aura pas obtenu les réponses à ses questions. Un dialogue de sourd s'engage alors, le CEO de Xerox faisant savoir qu'il attend que HP fasse une offre au montant indicatif avant de poursuivre les discussions. Ce à quoi Dion Weiseler se refuse de nouveau, faute de réponse à ses questions, d'autant qu'il est préoccupé par l'évolution de l'activité de Xerox.

La situation se tend encore davantage le 10 octobre, lorsque le CEO de Xerox indique sans détour que sa société ne fournira pas à HP d'information préliminaires sans une offre de prix indicative. Dion Weisler reste inflexible sur les conditions préalables qu'il demande et se voit alors signifier une fin des discussions par John Visentin.

Comme chacun sait, l'histoire n'en reste pas là. Le CEO de Xerox recontacte Dion Weisler (celui-ci n'est alors plus que membre du conseil d'administration de HP) le 5 novembre. Il l'informe que le conseil d'administration de Xerox avait approuvé le lancement d'une OPA sur HP, après avoir obtenu une ligne de financement de Citybank. C'est depuis cette date que le marché peut suivre la bataille qui fait rage et dans laquelle HP se défend Bec et ongle.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité