Où en sommes-nous dans la 5G Pro ?

Où en sommes-nous dans la 5G Pro ?

« Ce que l'IP/MPLS a apporté au filaire, la 5G l'apporte sur les réseaux mobiles », explique Edouard Castellant, directeur de l'activité entreprise chez Nokia France

En 2023, l'usage du talkie-walkie et plus largement des réseaux privés traditionnels de type WiFi industriel, TETRA, TETRAPOL, UHF, DMR... est toujours d'actualité et largement répandu dans les aéroports, les sites industriels, la défense, etc. Toutefois, ces systèmes sont vieillissants et l'envie...

iLes dossiers sont réservés aux membres

CONNEXION
Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous à Distributique et bénéficiez gratuitement des services suivants :

  • Accédez à tous les dossiers
    de la rédaction
  • Consultez tous les entretiens
    exclusifs de Distributique
  • Gérez vos abonnements
    aux différentes newsletters
  • Un compte unique sur tous
    les différents site IT News Info
Déjà un intérêt pour la 6G

« Nous nous intéressons bien r à la 6G notamment sur la recherche de fréquences mais c'est encore assez artificiel. Ce qui est important à suivre, ce sont les releases du 3GPP, pour l'heure, ces dernières sont liées à la 5G (v18 à l'heure actuelle et bientôt v19) », affirme Gilles Brégant, directeur général de l'ANFR. En effet, la phase 1 de normalisation de la 6G devrait normalement être abordée dans la release 20 de la 3GPP à partir de 2026. Du côté des équipementiers, Huawei, Nokia ou encore Ericsson mènent des expérimentations en laboratoire. Avant la 6G, Huawei parle dé de la 5,5G ou 5G Advanced qui fait figure de transition entre la 5G et la 6G. Pour Huawei qui a présenté les opportunités autour de la 5,5G lors du dernier MWC (Mobile World Congress) à Barcelone, la 5,5G prendra en charge des technologies clés telles que le réaménagement du spectre et le multiplexage multimode des équipements. En termes de performances, les réseaux 5,5G seraient 10 fois plus rapides que les réseaux 5G et prendront en charge des centaines de milliards de connexions. Du côté de chezNokia, les chercheurs des Nokia Bell Labs travaillent également sur la 6G comme le mentionne Edouard Castellant. « Avec la 6G, l'objectif est bien d'aller plus loin dans l'automatisation des réseaux, dans l'intégration de l'IA, dans l'autonomie et l'orchestration de l'ensemble des services et de tous les paramétrages associés, elle autorisera aussi une meilleure évolution des canaux de transmission. La 6G pourrait ouvrir à de nouveaux spectres de fréquences comme la bande des 7-15 GHz. Les premiers prototypes sont prévus à l'horizon 2027-2028 et les premiers services commerciaux en 2030.»   

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...