Zero Trust : un parcours nécessaire, mais difficile à mettre en oeuvre

Zero Trust : un parcours nécessaire, mais difficile à mettre en oeuvre

"Le zero trust prend du temps car c'est un concept qui regroupe de nombreuses méthodologies et solutions", indique Timothée Brogniart, directeur général EMEA chez Sectigo.

L'Anssi a d'ores et déjà mis en garde les entreprises françaises face aux fortes tensions internationales actuelles et publie diverses mesures préventives prioritaires pour contrer d'éventuelles attaques venant de l'est. Parmi ces mesures, l'Anssi préconise un renforcement de l'authentification...

iLes dossiers sont réservés aux membres

CONNEXION
Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous à Distributique et bénéficiez gratuitement des services suivants :

  • Accédez à tous les dossiers
    de la rédaction
  • Consultez tous les entretiens
    exclusifs de Distributique
  • Gérez vos abonnements
    aux différentes newsletters
  • Un compte unique sur tous
    les différents site IT News Info
Le zero trust encore loin des préoccupations des TPE et PME

Sur l'approche zero trust, comme le mentionne Jean-Jacques Latour, les TPE et PME sont encore très loin d'être concernées : « Les TPE et PME ne sont pas, pour la grande majorité d'entre elles, arrivées à ce niveau d'approche en termes de sécurité. Leur niveau de sécurisation reste très faible, nous sommes encore dans cette étape d'évangélisation et de sensibilisation... Le zero trust concerne surtout les ETI et les grands comptes. » Les professionnels (PME et collectivités) peuvent toutefois compter sur la plateforme Cybermalveillance pour s'informer et se faire assister. À ce titre, Cybermalveillance a lancé en 2021 deux initiatives dont Alerte Cyber, qui informe les entreprises en cas d'attaques ou de failles de sécurité majeures, et Immunité Cyber pour sensibiliser les collectivités et les élus. D'autre part, les TPE et les PME peuvent bénéficier de prestataires labélisés ExpertCyber et du nouveau service associé securisation.cybermalveillance.gouv.fr qui met en relation cette catégorie d'entreprises vers les 161 prestataires de proximité labelisés en 2021 en France (contre 50 au lancement de la plateforme). Enfin, lors de la présentation de l'état de la menace le 8 mars dernier à la presse, Jean-Jacques Latour, responsable de l'expertise chez Cybermalveillance, a rappelé que la première menace pour les professionnels reste les rançongiciels avec une hausse de 95 % en un an. À ce titre, 1945 demandes d'assistance ont été enregistrées par la plateforme.

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....