Oracle met la main sur Wercker

Le fondateur et CEO de Wercker, Micha Hernandez van Leuffen, rejoint Oracle sans précision pour l'heure sur son évolution de poste. (crédit : Wercker)

Le fondateur et CEO de Wercker, Micha Hernandez van Leuffen, rejoint Oracle sans précision pour l'heure sur son évolution de poste. (crédit : Wercker)

Proposant une plateforme open source pour construire, tester et déployer rapidement du code dans les environnements microservices, la start-up néerlandaise Wercker est tombée dans l'escarcelle d'Oracle. Elle travaille de concert avec l'orchestrateur de containers Kubernetes.

Afin d'étendre sa panoplie d'outils taillés pour le développement d'applications et de microservices cloud, Oracle vient de mettre la main sur Wercker. Cette start-up néerlandaise propose une plateforme d'intégration et de développement continu travaillant avec l'orchestrateur de containers Kubernetes pour permettre aux développeurs de construire, tester et déployer du code dans différents environnements cloud comme Amazon Web Services, Google Cloud Platfom et Microsoft Azure.

« La plateforme de Wercker compte une base d'utilisateurs en croissance forte et rapide, car les entreprises, aussi bien les grandes que les petites, effectuent la transition de leurs workloads vers les conteneurs. Les développeurs vont pouvoir maintenant renforcer leur offre de développement basée sur Docker dans Oracle PaaS et IaaS », a expliqué dans un billet Micha Hernandez van Leuffen, fondateur et CEO de Wercker.

La fièvre Docker et Kubernetes chez Oracle depuis 2015

Depuis le rachat de Sun, et donc de Solaris, Oracle est loin d'être étranger aux environnements containers. Fin 2015, à l'occasion de son événement OpenWorld à San Francisco, l'éditeur avait ainsi annoncé l'extension de son offre de services IaaS Elastic Compute sous Linux couplé au support de Docker. Avec en particulier la possibilité de créer et publier des images sur un registre Docker. « Vous pouvez alors lancer des containers dans votre environnement compute en utilisant Mesos ou Kubernetes et vous bénéficiez de la portabilité des workloads entre vos environnements sur site et notre cloud ou bien vers et depuis d'autres clouds », avait alors indiqué Thomas Kurian, le président d'Oracle.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

GDPR et Privacy Shield : des règles plus strictes pour les données

Entre protection des données personnelles et sécurisation drastique des équipements industriels, l'administration, qu'elle soit européenne ou nationale, fait désormais la loi. En...

Publicité