Alcatel Lucent : Pas de parachute doré mais 14 M€ d'actions pour Michel Combes

Quittant le poste de PDG d'Alcatel Lucent, Michel Combes va aterrir au sein de la direction du groupe SFR-Numericable. (crédit : D.R.)

Quittant le poste de PDG d'Alcatel Lucent, Michel Combes va aterrir au sein de la direction du groupe SFR-Numericable. (crédit : D.R.)

En partance de son poste de PDG d'Alcatel pour rejoindre SFR-Numericable, Michel Combes va percevoir après son départ, entre 2016 et 2018, un grand nombre d'actions. Le total s'élèverait à près de 14 millions d'euros.

Tout travail mérite salaire. Et également le versement d'une petite rétribution supplémentaire de plusieurs millions d'euros dans certains cas dont, apparemment, celui de Michel Combes. L'ancien PDG d'Alcatel, racheté par Nokia en avril dernier, a quitté l'entreprise pour rejoindre la direction de l'opérateur SFR-Numericable. Alors qu'il avait indiqué refuser à l'époque le versement d'un parachute doré de 2,4 millions d'euros, Michel Combes va tout de même empocher un petit quelque chose. Selon le Journal du Dimanche, il ne s'agit pas cependant d'argent sonnant et trébuchant mais d'un paquet d'actions (4,5 millions) dont le montant atteindrait l'équivalent de 13,8 millions d'euros.

AdTech Ad Sans confirmer ce montant, la direction d'Alcatel-Lucent a précisé que « Les unités de performance de M. Combes seront versées exclusivement sous forme d'actions Alcatel-Lucent dans un ratio de 1 pour 1. Aucune somme d'argent ne sera versée. La livraison des actions suivra le calendrier initialement prévu, soit une livraison étalée entre 2016 et 2018, sans accélération. La réalisation des plans est soumise à la réussite de l'opération [de l'acquisition d'ALU par Nokia, NDLR] ; rien ne sera versé à M. Combes en cas d'échec du projet. »

Une pluie de critiques  Le groupe ne voit en tout cas pas l'attribution de ces actions comme disproportionné et indique que « Lors de sa dernière réunion, le conseil d'Alcatel-Lucent a salué M. Combes pour l'action conduite qui a permis de multiplier par 6 la valeur de l'entreprise et l'a sauvée de la faillite pour lui proposer un nouveau projet stratégique et garantir son avenir. »

Quoi qu'il en soit, cette attribution a eu de quoi faire réagir les sphères civiles et politiques dans un contexte marqué par la suppression de 10 000 postes à fin 2015 en raison d'un recentrage de l'activité de l'équipementier autour des réseaux IP et de l'accès haut débit. Pour le ministre de l'économie Michel Sapin, « Dans le monde d'aujourd'hui, avec les difficultés que les uns et les autres rencontrent, à un moment donné, il faut un peu de bon sens, un peu de mesure, un peu de retenue et là, en l'occurrence, M. Combes n'en a pas eus », a ainsi taclé sur France Info le ministre de l'Economie Michel Sapin. Et Thibault Lanxade, vice-président du Medef, d'en rajouter de son côté une couche : « Je peux comprendre que ces rémunérations choquent mais elles sont d'autant plus choquantes que les résultats  n'étaient pas, on va dire, au rendez-vous. »

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité