Cegid s'apprête à croquer Talentsoft

« En combinant nos deux entreprises, Talentsoft et Cegid deviennent un groupe leader de plus de 600 millions d’euros de CA annuel », souligne Pascal Houillon, PDG de Cegid. (Crédit : D.R.)

« En combinant nos deux entreprises, Talentsoft et Cegid deviennent un groupe leader de plus de 600 millions d’euros de CA annuel », souligne Pascal Houillon, PDG de Cegid. (Crédit : D.R.)

Avec le probable rachat de Talentsoft, c'est une belle réussite française de la gestion des talents qui tombera dans l'escarcelle de Cegid. Ce dernier compte l'associer à ses logiciels de paie et de gestion des RH et poursuivre l'internationalisation de ses solutions.

Talentsoft est l'une des belles plateformes SaaS d'innovation dans la gestion du capital humain développée en France, co-fondée il y a 14 ans par Jean-Stéphane Arcis, son PDG, Joël Bentolila, directeur technique, et Alexandre Pachulski, directeur produits. Ses actionnaires viennent d'entrer en négociations exclusives avec l'éditeur Cegid pour créer un leader européen sur les solutions de la paie et des ressources humaines dans le cloud, l'un des cinq marchés prioritaires de l'éditeur lyonnais présidé par Pascal Houillon. Pour le moment, les détails de la transaction restent confidentiels. Les actionnaires respectifs, Silver Lake pour Cegid (acquéreur de l'éditeur français en 2016), et Goldman Sachs pour Talentsoft, soulignent l'intérêt du rapprochement des deux offres, de même que Nicolas Dufourcq, DG de Bpifrance qui estime que ce « nouvel ensemble sera l'un des plus beaux fleurons français de la French Tech » qui continuera à se développer à l'international.



Pour Jean-Stéphane Arcis, PDG de Talentsoft (à gauche), ici au côté de Pascal Houillon, PDG de Cegid, les synergies entre les deux éditeurs sont « évidentes tant par les solutions que par les géographies dans lesquelles nous sommes présents ». (Crédit : Cegid)

Talentsoft rassemble 2 200 clients dans 130 pays, avec une forte présence en Europe du Nord. L'éditeur a constamment étendu son offre technologique et fonctionnelle à travers sa R&D, en la complétant par des acquisitions - l'an dernier, celle de Crafty et sa cartographie de compétences dynamique - et par l'ouverture aux développements tiers s'intégrant avec sa plateforme. Les nouveautés de cette dernière ont été régulièrement présentées lors de conférences européennes très suivies. Cegid de son côté est présent dans la péninsule ibérique, en Amérique du nord (il a notamment racheté Technomedia au Canada). Si l'acquisition a lieu, ce sera sa cinquième opération de croissance externe depuis le début de l'année. Parmi celles-ci, celle de Dhatim et de ses solutions d'automatisation des traitements sur les factures et les paies.


s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité