Dans la tech, des débutants payés bien mieux qu'ailleurs

Les fourchettes de rémunération dans les métiers numériques sont sous-évaluées par les Français exerçant une autre profession. (Crédit image: Geralt Altmann/Pixabay)

Les fourchettes de rémunération dans les métiers numériques sont sous-évaluées par les Français exerçant une autre profession. (Crédit image: Geralt Altmann/Pixabay)

41 % des Français pensent qu'un premier salaire dans les métiers du numérique ne dépasse pas 30 000€ par an, indique une étude réalisée par l'école informatique Ironhack. Alors que sur le terrain, les postes de niveau débutant dans l'IT se situent entre 35 000€ et 38 000€ par an, soit nettement plus qu'au niveau national global.

Chaque année, les enquêtes de rémunérations réalisées par divers cabinets de recrutement montrent que les salaires IT sont particulièrement attrayants en France. On y apprend par exemple selon Robert Half qu'un ingénieur en développement débutant percevra 40 000 € de rémunération annuelle brute en 2023 et jusqu'à 60 000 € s'il possède une expertise avancée. Ou encore pour Walter Peoples que les salaires annuels de profils techniques de 0 à 5 ans pourraient dépasser 50 000 euros d'ici l'an prochain. Mais qu'en est-il de la réalité du marché ? Les salaires IT sont-t-ils réellement plus élevés que les autres ? Pour le savoir, l'école d'informatique Ironhack, a interrogé plus de 3 203 personnes entre le 17 et 26 octobre 2022, dont 1 002 salariés du numérique afin de comparer leurs avis sur les métiers. Les résultats montrent que les Français sous estiment les grilles salariales dans ce secteur.



La perception qu'ont les Français des salaires de démarrage dant l'IT est en deça de la réalité du marché. (Source: Ironhack/Crédit image Ironhack)

Pour preuve, 41 % des sondés pensent qu'un premier salaire dans l'IT ne dépasse pas 30 000€ par an, alors que 71 % des professionnels du numérique indiquent toucher entre 30 000 et 40 000 € annuels. En comparaison, Ironhack rappelle qu'en France, le salaire brut moyen se situe autour de 38 000 euros (soit 22 000€ de salaire médian) par an toutes catégories, sexes et années d'expérience confondus (source INSEE 2019). Selon ce sondage, le niveau de rémunération est nettement supérieur dans les professions techniques. En effet, pour des postes de niveau débutant, les salaires IT commenceraient selon IronHack entre 35 000€ et 38 000€ par an, soit entre 5 000€ et 8 000€ de plus qu'au niveau national global.



71% des salariés IT débutants déclarent des niveaux de rémunération supérieurs à la moyenne nationale. (Source: Ironhack/Crédit image: Ironhack)

Un emploi dans l'IT quelques mois après le diplôme Avec un peu plus d'expérience, plus de 93 % des informaticiens indiquent même gagner plus de 30 000€ brut par an. Dans le détail, ils sont 45 % à afficher entre 30 000 et 40 000€ sur le bulletin de paye, puis 32 % à déclarer entre 40 000 et 50 000€ de rémunération et 10 % à percevoir jusqu'à 60 000€. Enfin, 6 % dépassent les 60 000€ de salaire brut annuel. « Une fois leur cursus terminé au sein d'Ironhack, nous savons que 90 % de nos diplômés parviennent à obtenir un emploi dans les nouvelles technologies en moins de 8 mois », fait remarquer Manon Pellat, cadre dirigeante chez Ironhack. « Récemment, nous avons mené une enquête qui nous a permis de découvrir que leur salaire moyen lors de cette première embauche est de 40 000€, soit plus que la moyenne nationale », précise la porte-parole de l'établissement.

L'étude pointe cependant quelques points noirs au tableau, dont entre autres le problème de l'égalité des salaires persistant dans les métiers du numérique. 49 % des actifs de l'IT indiquent que les femmes gagnent moins que les hommes et sont rejoints sur ce point par 25 % des Français d'autres professions. Malgré tout, il semble que loin de leur faire peur, le secteur informatique se prête à la reconversion professionnelle, avec 54 % des sondés se déclarant tentés par une réorientation vers la filière numérique. 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité