I-Tracing a dépassé ses objectifs de croissance en 2017

Theodore Vrangos, président et co-fondateur d’I-Tracing : « Notre volonté est de nous développer à l’international, notamment pour accompagner nos grands clients français. » Crédit photo : D.R.

Theodore Vrangos, président et co-fondateur d’I-Tracing : « Notre volonté est de nous développer à l’international, notamment pour accompagner nos grands clients français. » Crédit photo : D.R.

Spécialisé dans la cybersécurité, le prestataire de services I-Tracing a dégagé plus de 20 M€ de chiffre d'affaires l'an dernier. Affairé à élargir ses effectifs et à s'internationaliser, il compte dégager une progression de revenus similaire en 2018.

Bien que sa fondation remonte à 12 ans, I-Tracing continue de voir son activité progresser fortement, plus qu'elle ne l'anticipait elle-même. Partie sur un objectif de chiffre d'affaires de 19 M€ pour 2017, la société de conseil et d'ingénierie en cybersécurité a finalement engrangé 20,4 M€ de revenus, soit 26% de plus qu'en 2016. Son résultat courant avant impôt a bondi lui aussi (+40%) pour atteindre 3,5 M€ et déboucher sur un résultat net d'1,78 M€. Ciblant les grands comptes, I-Tracing a notamment bénéficié d'un net élargissement de son portefeuille clients dont la liste s'est allongée de 55 noms en 2017 pour en comporter plus de 170 aujourd'hui. « 60% de nos revenus proviennent de la fourniture de prestations pures allant de l'audit à l'intégration de solutions, en passant par le conseil technique et les services fournis par notre SOC », explique Theodore Vrangos, le président et co-fondateur d'I-Tracing.

Atteindre rapidement les 300 à 350 consultants

Pour l'exercice en cours, la société de services table sur un chiffre d'affaires d'au moins 25 M€. L'un des leviers sur lequel elle doit jouer pour absorber la forte demande qui règne sur le marché de la cybersécurité est celui du recrutement. L'an dernier, I-Tracing a embauché une quarantaine de personnes et espère intégrer 60 nouveaux collaborateurs d'ici la fin 2018. « Nous devons parvenir rapidement à un effectif de 300 à 350 consultants tout en restant sains financièrement », indique son président. Atteindre cet objectif n'est cependant pas une mince affaire, tant les bons profils sont difficiles à trouver sur un marché de la cybersécurité où les technologies évoluent rapidement.

Un partenaire financier pour accompagner l'expansion à l'international

Pour financer sa stratégie RH, I-Tracing peut compter sur la présence à ses côtés de Keensight Capital. En septembre 2017, ce fonds français a pris une part minoritaire de son capital. Cet investissement sert aussi les ambitions d'expansion à l'international de la société de services basée à Paris. Son objectif est de pouvoir accompagner ses clients aussi hors de l'Hexagone. Au second semestre 2017, I-Tracing s'est ainsi implanté à Hong-Kong pour disposer d'une tête de pont sur tout le marché asiatique. La société est également présente à Londres et vient de placer un collaborateur aux Etats-Unis dans l'optique d'y ouvrir une filiale courant 2018. La Suisse fait aussi partie des destinations envisagées par l'entreprise.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité