Les dépenses en services cloud d'infrastructures dépassent les 40 Md$ au T1

Progression des revenus du marché mondial des services cloud entre les premiers trimestres 2018 et 2021. Illustration : Canalys.

Progression des revenus du marché mondial des services cloud entre les premiers trimestres 2018 et 2021. Illustration : Canalys.

Comme c'est le cas depuis de nombreux trimestres, la croissance du marché mondial des services cloud d'infrastructure s'est maintenue au-delà des 30% entre janvier et mars 2021. Google et Microsoft continuent de progresser bien plus vite qu'AWS, dont l'avance lui permet néanmoins de rester le grand numéro un du secteur.

La progression du marché mondial des services cloud d'infrastructure continue de s'établir au-delà des 30%. Au premier trimestre 2021, le chiffre d'affaires du secteur a, en effet, enregistré une croissance record de 35% d'une année sur l'autre pour se situer à 41,8 Md$. Les facturations engrangées par les opérateurs entre janvier et mars derniers ont donc été supérieures de 11 Md$ à celles dégagées à la même période l'an dernier, et de 2 Md$ plus élevées que celles du quatrième trimestre 2020. Canalys, qui publie ces données, indique que c'est la première fois que les revenus du marché dépassent les 40 Md$ au cours d'un premier trimestre.

L'accélération de la transformation digitale nourrit la demande

Selon le cabinet d'études, le bond de la demande s'explique par l'accélération de la transformation numérique des entreprises au cours des 12 dernier mois. Elles utilisent les services cloud d'infrastructure pour le travail au quotidien de leurs salariés, l'engagement de leurs clients, leurs processus opérationnels ou encore la dynamique de leurs chaînes logistique. En pratique, cela les amène à recourir davantage aux services hébergés pour l'analyse des données et l'apprentissage machine, la consolidation de centres de calculs, la migration d'applications et le développement natif dans le cloud pour ne citer que ces exemples.

En outre, les clients des opérateurs de services cloud sont désormais plus enclins à signer des contrats pluriannuels. Cette confiance est due en partie à la reprise économique, la progression des programmes de vaccination contre la Covid-19 et l'allègement des mesures de restriction sanitaire. Tout cela s'ajoutant à l'accélération des projets de transformation digitale.

AWS règne toujours mais stagne

Au premier trimestre 2021, AWS a, une nouvelle fois, conservé sa place de numéro un mondial des opérateurs de services cloud d'infrastructure. Ses revenus dans ce domaine ont progressé de 32% et lui ont ainsi permis de s'adjuger une part de marché trimestrielle inchangée de 32%. De leur côté, Google et Microsoft ont réalisé de très belles progressions. Les souscriptions aux services du premier ont crû de 56% en valeur tandis que celles à Microsoft Azure progressaient de 50%. Résultat Google et Microsoft ont respectivement capté 7% (+ 1 point) et 19% (+2 points) des revenus du marché mondial des services cloud d'infrastructures au premier trimestre 2021.

Selon Canalys, le succès rencontré par Google Cloud provient de son approche « Google One » consistant à créer des ventes croisées et des opportunités d'intégration entre les différentes offres de son portefeuille de services. En outre, les développement natifs dans le cloud et l'accélération des migration vers le cloud dans sa base de clients ont été stimulés par des solutions verticales, l'apprentissage machine, l'analytique et la gestion des données. Toutefois, on le voit, cela ne lui pas encore permis d'atteindre un poids significatif sur le marché.

Microsoft Azure a profité, quant à lui, d'une hausse de la consommation de services cloud et d'engagements des clients plus longs autour d'offres telles qu'Azure Arc for hybrid-IT control plane management, Azure Synapse for data analytics and artificial intelligence (AI) as a platform. Au cours du premier trimestre, Microsoft a également lancé des offres spécifiques pour les acteurs des services financiers, de l'industrie et des organisation caritatives.

La concurrence se joue aussi contre les fabricants

A l'avenir, l'une des façons dont les grands acteurs du cloud pourraient se différencier entre eux consiste à installer des infrastructures dans de nouvelles régions du monde : « L'expansion géographique permettrait de répondre aux problématiques de souveraineté des données et de temps de latence, estime Matthew Ball, analyste chez Canalys.  Quant à la différenciation par des équipements sur-mesure destinés à optimiser les instances de calcul, des services spécifiques à certaines types de métiers, de l'analytique, des bases de données, et des services basés sur l'intelligence artificielle, elle est déjà en cours. » Il ne s'agit pas seulement d'une compétition entre les opérateurs de services cloud. La course se joue aussi contre les fabricants d'équipements on-premise, comme Dell, HPE et Lenovo, qui ont créé des offres as-a-service compétitives.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité