« Les SSII ne paieront, éventuellement, l'addition qu'après 2009 »

Président de la SSII Netapsys, créée en 2004, Yoann Hébert donne sa vision de l'impact de la crise économique sur l'activité des SSII. Selon lui, la croissance est encore au rendez-vous cette année et sera encore réelle en 2009. Contrairement au secteur du négoce de matériels et de logiciels informatiques, l'interrogation sur le niveau d'activité des SSII porte sur la suite.

Distributique : Comment une jeune SSII, créée en 2004, peut-elle bâtir un plan prévisionnel à 3 ans ? Yoann Hébert : Les sociétés de services ont la chance de travailler sur des projets qui s'étalent sur 6 mois, 1 an ou plus. Notre « court terme » concerne donc 2009 et nous conservons une bonne visibilité sur l'année prochaine. Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros en 2007, il sera de 2,5 millions en 2008 et atteindra 3,5 millions en 2009. C'est pour la suite que l'exercice se complique, car le chiffre d'affaires de 2010 sera pour l'essentiel défini par les commandes enregistrées au second semestre 2009. Il est évident que les prévisions ne peuvent qu'être floues. Sachant que certains projets qui semblaient acquis sont bloqués ou reportés, nous ne tablons que sur les commandes passées pour dimensionner nos équipes. Distributique : Les SSII vont-elles arrêter de recruter, alors qu'elles parlaient voilà encore quelques mois d'un déficit de candidats ? Yoann Hébert : Disons plutôt que le modèle a changé. Les SSII devaient jusqu'à présent embaucher en prévision du gain d'un contrat ; elles attendrons désormais que l'affaire soit signée avant de déclencher les embauches. Cela ne signifie pas qu'elles vont cesser de recruter. Distributique : Les grandes SSII ne seront-elles pas tentées de « casser les prix » pour limiter le taux des salariés en inter contrats ? Yoann Hébert : C'est certain et les taux la proportion de personnes en inter contrats a d'ores et déjà fortement augmenté. A l'exception de quelques profils très spécialisés, on ne peut plus parler de pénurie. Concrètement, les SSII ne seront que peu impactées s'il y a une reprise dans quelques mois. Si le contexte reste dégradé sur une période plus longue, il faudra anticiper un effet de « double » décalage pour le marché des services informatiques : celui qui est lié au fait que les commandes de 2008 feront les chiffres d'affaires de 2009 et celui qui fait que le ralentissement des commandes de 2009 concernera les revenus de 2010. Sur notre marché, les interrogations portent donc sur « l'après 2009 ».

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité