Meg Whitman contente d'avoir « poussé Léo Apotheker sous le bus »

Meg Whitman a pris la tête de Hewlett-Packard de 2011 à 2015 suite au limogeage de son prédécesseur Léo Apotheker. Crédit photo : D.R.

Meg Whitman a pris la tête de Hewlett-Packard de 2011 à 2015 suite au limogeage de son prédécesseur Léo Apotheker. Crédit photo : D.R.

L'Ex CEO de Hewlett-Packard témoignait dans le cadre du procès qui oppose HPE à Mike Lynch, l'ex-patron d'Autonomy. Son passage devant la haute cour de Londres a permis de juger de l'ambiance délétère qu'a engendrée le rachat de cet éditeur anglais au sein du management du groupe.

Le procès qui oppose HPE à Mike Lynch, l'ancien patron de l'éditeur britannique Autonomy, s'est ouvert lundi à la haute-cour de justice de Londres. L'un des moments attendus était le témoignage de Meg Whitman, la dernière CEO de Hewlett-Packard avant que l'entreprise ne soit scindée en deux en novembre 2015. Il a été l'occasion d'apprendre que dans un e-mail du 14 décembre 2012 adressé au responsable de la communication du groupe de l'époque, cette dernière écrivait : « Contente d'avoir poussé Leo sous le bus, un prêté pour un rendu ». L'image fait référence à l'éviction de Léo Apotheker, le prédécesseur de courte durée de Meg Whitman chez Hewlett-Packard, et artisan du rachat d'Autonomy. Lors de l'audience, Meg Whitman a exprimé des regrets sur les termes utilisés. Ils ont été, selon elle, choisis dans un moment de colère déclenché par une déclaration de Léo Apotheker. Celui-ci avait dit dans la presse que le comité de direction de Hewlett-Packard avait sa part de responsabilité dans le rachat d'Autonomy.

Autonomy avait perdu plus de 2 Md$ de sa valeur en un an

L'acquisition finalisée en octobre 2011, pour 11 Md$ environ, s'est révélée être une catastrophe financière pour Hewlett-Packard. Selon ce dernier, en effet, Autonomy avait été « substantiellement surévaluée » au moment de l'acquisition, au point que sa valeur boursière n'atteignait plus que 8,8 Md$ un an après son entrée dans le giron de Hewlett-Packard. Le groupe traine aujourd'hui Mike Lynch en justice en l'accusant d'avoir été à l'origine, avec Sushovan Hussain, l'ancien DAF d'Autonomy, d'un maquillage des comptes pour embellir la mariée. Le tribunal tranchera.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité