Netatmo passe dans le giron de Legrand

Fredéric Potter, fondateur de Netatmo, devient directeur technique et responsable du programme mondial IoT Eliot de Legrand, rédit. D.R.

Fredéric Potter, fondateur de Netatmo, devient directeur technique et responsable du programme mondial IoT Eliot de Legrand, rédit. D.R.

Spécialisé dans les objets connectés pour la maison, Netatmo rejoint le groupe Legrand, qui avait déjà investi dans cette jeune pousse française. Cette acquisition permettra à l'industriel d'ajouter les solutions connectées (alarme, caméra, thermostat) domestiques de cette start-up à ses produits pour les bâtiments.

Legrand, le fabricant français d'équipements électriques pour le bâtiment, vient d'annoncer ce jeudi l'acquisition de 100% du capital de Netatmo, dont il était actionnaire minoritaire depuis 2015. L'industriel était en effet entré au capital de la jeune pousse dans le cadre d'une levée de fonds de 30 millions d'euros, la plus importante  de l'année dans le secteur des objets connectés en France. Netatmo a également co-développé aux côtés de Legrand plusieurs solutions domotique pour la maison connectée  telles que Céliane, Living Now ou Dooxie. 

En réalisant cette opération, Legrand va renforcer sa présence sur le marché de la domotique et accélérer le développement d'Eliot, son programme mondial dans l'Internet des Objets. De plus, sa gamme sera élargie avec les solutions figurant au catalogue de Netatmo, tandis que les 130 ingénieurs de la jeune pousse apporteront aux équipes de R&D de l'industriel leurs compétences dans les domaines de l'IA, de l'intégration logicielle et de l'expérience utilisateur. Fredéric Potter, fondateur et président de Netatmo, deviendra Chief Technology Officer (CTO) du programme Eliot de Legrand, et contribuera à la conception des solutions connectées du nouvel ensemble.

Maintien de la marque, des produits et des bureaux  Basée à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Netatmo emploie près de 225 personnes et réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 45 M€. Mise en avant lors du CES 2016 pour ses stations météo et ses thermostats connectés, la société a doublé son effectif chaque année depuis sa création en 2011. Elle emploie des collaborateurs issus d'une vingtaine de pays différents et dont la langue de travail est indifféremment le français ou l'anglais. L'entreprise développe chaque pièce de ses produits, aussi bien mécaniques, qu'électroniques ou logicielles, et crée les applications web et mobiles qui insufflent leur potentiel. Dans le cadre de ce rachat, la marque, la gamme de produits et les bureaux à Boulogne-Billancourt seront conservés. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué.

 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité