Après un T4 solide, Oracle va augmenter ses investissements dans le cloud

Safra Catz, CEO d'Oracle : « Nous prévoyons d'ajouter six autres régions au cours de l'exercice 2023, en plus des 38 régions cloud dans 20 pays où nous desservons déjà nos clients. » Crédit photo : D.R.

Safra Catz, CEO d'Oracle : « Nous prévoyons d'ajouter six autres régions au cours de l'exercice 2023, en plus des 38 régions cloud dans 20 pays où nous desservons déjà nos clients. » Crédit photo : D.R.

L'augmentation du chiffre d'affaires d'Oracle générée par les services d'infrastructure cloud et les ventes SaaS pousse l'entreprise à une expansion massive de ses régions cloud.

La demande d'infrastructures cloud, combinée à la hausse des ventes de services SaaS (Software-as-a-Service), a stimulé le chiffre d'affaires d'Oracle au quatrième trimestre de l'exercice 2022, mais l'acquisition de la société de technologie de santé Cerner a entraîné une dette de 15,8 milliards de dollars. Lundi dernier, après l'annonce des résultats financiers dans le cadre d'une conférence téléphonique avec les analystes, la CEO d'Oracle, Safra Catz, a déclaré que le fournisseur augmenterait ses dépenses d'investissement au cours du prochain exercice fiscal afin de répondre à la demande en services cloud. « Nous prévoyons d'ajouter six autres régions au cours de l'exercice 2023, en plus des 38 régions cloud dans 20 pays où nous desservons déjà nos clients », a déclaré Mme Catz, selon une transcription de Seeking Alpha. Soulignant la croissance des grands comptes, le président et directeur technique d'Oracle, Larry Ellison, a déclaré qu'un grand nombre de clients de premier plan avaient signé avec Oracle au cours du trimestre, citant notamment United Healthcare, le ministère de la Santé de Nouvelle-Galles du Sud, Citibank, Chubb, PNC, SMBC, Overseas China Banking Corporation, Mizuho, Mitsui Sumitomo, la société de services financiers GMP et Abercrombie Fitch.

La vente croisée, une bonne recette pour générer des revenus ?

Profitant des retombées du trimestre précédent, Oracle a annoncé un chiffre d'affaires total de 11,8 milliards de dollars, avec la prise en compte de l'effet des fluctuations monétaires, soit une hausse de 5 % par rapport à l'année précédente. Le chiffre d'affaires total de l'entreprise dans le domaine du cloud (IaaS et SaaS) s'élève à 2,9 milliards de dollars, soit une hausse de 19 % par rapport à l'année précédente, grâce à la demande en produits cloud de tout type, en particulier Oracle Cloud Infrastructure (OCI). « Généralement, ces augmentations régulières du taux de croissance de notre chiffre d'affaires trimestriel proviennent de nos applications cloud Fusion et NetSuite, leaders sur le marché », a déclaré Mme Catz. « Mais pour ce quatrième trimestre, c'est la demande d'infrastructure cloud qui a fortement augmenté, de 39 % à taux de change constant », a-t-elle ajouté. La CEO d'Oracle a précisé que cette dynamique de croissance provenait en partie de clients existants d'Oracle qui étendent leur empreinte. « Les clients Fusion achètent Oracle Cloud Infrastructure (OCI). Les clients OCI achètent Fusion et NetSuite », a encore déclaré Safra Catz, ajoutant que ce phénomène devrait se traduire par une croissance incrémentielle au cours des prochains trimestres. « Les clients des bases de données passent à l'autonomie sur OCI. Les clients de l'industrie verticale se lancent dans Fusion. Nous avons un véritable élan dans tous les domaines », a-t-elle ajouté.

Une croissance qui devrait se poursuivre

Malgré l'instabilité de l'environnement macroéconomique, Mme Catz pense que l'entreprise poursuivra sa dynamique de revenus cloud au cours de la prochaine année fiscale, soutenue par l'acquisition de Cerner et par l'investissement d'Oracle dans de nouvelles régions cloud. « Pour le T1, le cloud total, hors Cerner, devrait croître de 25 % à 28 % à taux de change constant et de 22 % à 25 % en dollars », a-t-elle ajouté. « La croissance totale du cloud au T1, Cerner compris, devrait croître de 47 % à 50 % à taux de change constant, et de 44 % à 47 % en dollars ». De plus, la CEO d'Oracle a déclaré que l'entreprise passait en revue l'ensemble de son portefeuille de produits afin d'identifier les domaines dans lesquels elle peut inclure la technologie Oracle à la place de produits tiers, et les déplacer vers OCI. « Dans le secteur des services financiers, le fournisseur travaille avec de grandes banques et des sociétés de logistique de premier plan pour automatiser le commerce interentreprises directement au sein d'Oracle ERP Cloud », a déclaré M. Ellison lors de la conférence téléphonique sur les résultats financiers. En outre, ce dernier a déclaré que la société se concentrerait sur les secteurs de la santé et des services financiers pour augmenter les revenus du cloud.

Cerner, prochaine activité majeure d'Oracle

Interrogé sur la façon dont le rachat de Cerner s'inscrivait dans le projet de base de données nationale de dossiers médicaux, le président d'Oracle a déclaré que Cerner pourrait devenir la plus grosse activité d'Oracle à ce jour, car elle résout deux problèmes critiques. « D'une part, la base de données nationale des dossiers médicaux résout deux problèmes : elle permet aux patients, en cas d'urgence, de faire en sorte que leurs soignants aient un accès immédiat à tous leurs dossiers médicaux, ce qui donnera de bien meilleurs résultats pour les gens », a déclaré M. Ellison. « D'autre part, les responsables de la santé publique obtiendront de bien meilleures informations sur l'état de santé de leur pays », a-t-il ajouté.

Annoncée le 20 décembre 2021, l'acquisition de Cerner par Oracle pour 28,3 milliards de dollars devrait jouer un rôle déterminant dans la manière dont Oracle construit sa suite dédiée au secteur de la santé. « Nous modernisons les systèmes cliniques de Cerner en ajoutant des capacités, notamment une interface utilisateur vocale et des applications contenant des modèles d'IA spécifiques aux cancers et à d'autres maladies. Nous incluons un réseau de dispositifs IoT pour améliorer le diagnostic et le suivi des patients », a encore déclaré M. Ellison, laissant entendre que ces mêmes dispositifs pourraient être utilisés dans l'ensemble de la suite de soins de santé. Parmi les autres ajouts possibles, on peut citer des systèmes de gestion des stocks, des systèmes administratifs, y compris des applications pour la gestion de la main-d'oeuvre contractuelle, le recrutement, la planification et les options de paiement. M. Ellison a également indiqué qu'Oracle prévoyait d'autres intégrations, par exemple, la connexion du système d'essais cliniques directement au système clinique de l'hôpital pour aider les entreprises pharmaceutiques, ainsi que l'automatisation des systèmes de paiement et de facturation pour faciliter le travail des compagnies d'assurance et des organisations gouvernementales.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité