Divalto vend sa première licence illimitée à un million d'euros

De gauche à droite : Philippe Besnier (président d'Adventi Informatique), Nicolas Orieux (responsable projet - Groupe Soregor), Claude Villain (président du Groupe Soregor),  Thierry Meynle (président du Groupe Divalto), Bruno Lagadec (DG de Mercure Informatique) et Hervé Houdebile (Président d'Adventi Informatique). Cliquez pour agrandir.

De gauche à droite : Philippe Besnier (président d'Adventi Informatique), Nicolas Orieux (responsable projet - Groupe Soregor), Claude Villain (président du Groupe Soregor), Thierry Meynle (président du Groupe Divalto), Bruno Lagadec (DG de Mercure Informatique) et Hervé Houdebile (Président d'Adventi Informatique). Cliquez pour agrandir.

L'éditeur français a vendu la première licence de son ERP Divalto Infinity Plantinum au groupe Soregor. Ce projet à 5 M€, licences, infrastructures et services compris, est mené en partenariat avec les sociétés de services Mercure Informatique et Adventi Informatique.

Divalto entre dans une nouvelle dimension. L'éditeur de logiciels de gestion a en effet de finalisé la première vente de son ERP Divalto Infinity en version platinum pour un coût licence de 1 M€ (hors mise à jour et maintenance). Habituellement, le chiffre d'affaires moyen que réalise la société dans le cadre d'un projet autour de son progiciel de gestion intégré atteint 45 000 euros pour 30 utilisateurs. Pour justifier du montant de cette licence platinum qui figure à son catalogue depuis 2011, Divalto met en avant un argument de poids : le nombre illimité de nouveaux accès à l'application qu'une entreprise peut ouvrir à ses salariés, sans surcoût et au moment où elle le souhaite. Une possibilité à laquelle a été sensible Soregor, l'un des plus grands groupe d'expertise comptable français indépendant qui dégage entre 70 et 80 M€ de revenus par an. Pour commencer, ce dernier va mettre Divalto Infinity à la disposition de 1000 collaborateurs. Ce qui correspond à un tarif de 1000 € par utilisateur. Ce prix est d'environ 70% inférieur à celui payé habituellement par les acquéreurs de l'ERP Divalto. Il variera encore à la baisse à mesure que le nombre de salariés disposant d'un accès progressera.

Un projet à 5 M€ incluant la construction d'un cloud privé

« Le déploiement de la solution telle que veut l'utiliser Soregor va durer trois ans environ », indique Thierry Meynlé, le président du directoire de Divalto. Le coût global du projet devrait quant à lui avoisiner les 5 M€ sur les trente-six premiers mois. Il intègre le coût de la licence, les services des partenaires associés au projet, les infrastructures et 150 K€ par an de contrat de mise à jour et d'assistance. Le montant global est élevé, notamment parce Soregor a décidé de bâtir son propre cloud privé pour héberger l'ERP et y accéder en mode SaaS. « Cette entreprise voit à long terme. Elle sait que souscrire un hébergement à l'extérieur renchérit le coût d'accès à un services après quelques années d'utilisation », indique Thuerry Meynlé. Pour déployer et mettre sur pied les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de la solution, pas moins deux sociétés de services ont été associées au projet : Mercure Informatique, un partenaire de Divalto, et Adventi Informatique, une filiale du groupe Soregor. Le client et ses prestataires vont consacrer à eux trois une trentaine de personnes au projet pendant trois ans, sans que cela ne soit à plein temps.

Divalto gagne face à SAP, Infor et Microsoft

Pour Thierry Meynlé, l'intérêt du projet signé avec Soregor ne se limite pas au fait que Divalto ait vendu pour la première fois une licence Platinum de Divalto Infinity. L'évolution de cette entreprise sur le marché de l'expertise comptable n'est pas non plus anodine pour le dirigeant : « Actuellement, cette profession est très verrouillée par Sage et Cegid dont elle utilise les outils de production comptable. Mais elle évolue. Dans les années à venir, elle sera autorisée à faire du commerce et donc à démarcher des clients, ce qui lui est interdit jusqu'ici. C'est ce qui nous a permis de signer avec Soregor qui a acquis notre ERP avec l'ensemble de ces modules, notamment le CRM et la gestion d'affaires, pour anticiper ces changements. »
Aux dires de Thierry Meynlé, Divalto était en compétition avec SAP, Infor et Microsoft sur le projet Soregor. « Nous avons gagné car nous étions les seuls à proposer une offre complète sans faire appel à des technologies extérieures. Le rachat des solutions Agileo (portail collaboratif, workflow) et Mobiléo à RBS nous a d'ailleurs bien aidé à disposer de cette offre complète que recherchait Soregor. »

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité