Embargo US : Huawei met son activité PC en pause

Richard Yu, le PDG de Huawei, a indiqué que le dernier né de la gamme Matebook ne serait finalement pas présenté lors du CES Asia.

Richard Yu, le PDG de Huawei, a indiqué que le dernier né de la gamme Matebook ne serait finalement pas présenté lors du CES Asia.

Lâché par Intel et Microsoft, Huawei n'est plus en mesure de faire tourner les chaînes de production des laptops de sa gamme Matebook.

Selon un article du Digitimes, Huawei aurait demandé à ses partenaires de cesser la production, les livraisons et les développements de sa gamme de PC portables grand public. La décision du fabricant chinois concerne les matériels à sa marque (gamme Matebook), ainsi que ceux de sa sous-marque Honor (gamme MagicBook). Elle ne constitue pas réellement une surprise. Suite à l'embargo décrété par le gouvernement américain interdisant aux entreprises d'Outre-Atlantique de collaborer avec Huawei, Intel et Microsoft ont cessé de lui fournir leurs technologies. Le même problème se pose au fabricant sur le marché des smartphones, où Qualcomm et Google l'ont lâché. A la différence près que les stocks de composants dont il dispose pour ses mobiles lui dont déjà défaut pour son activité micro informatique.

Annulation du lancement d'un nouveau modèle au CES Asia

Créé il y a plusieurs années, la division PC de Huawei a connu une belle croissance. Le MateBook X Pro, qui a été lancé l'an dernier, a réalisé un record en générant plus de 80 M€ de ventes en 10 minutes seulement sur un site d'e-commerce chinois. Le prochain Matebook que Huawei a dans ses cartons est désormais mort né. Richard Yu, le PDG du groupe, a indiqué que le laptop n'a finalement pas été présenté comme prévu au dernier CES Asia à Shanghai (du 11 au 13 juin 2019).

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité