Huawei veut revendre sa division serveurs affectée par les sanctions américaines

Confronté à des difficultés d'approvisionnement en processeurs Intel et AMD, Huawei négocie la cession de ses serveurs x86 à des acteurs chinois publics et privés. L'an dernier, l'entreprise chinoise avait déjà dû revendre ses smartphones Honor.

Les sanctions technologiques américaines pesant sur Huawei continuent de produire leurs effets délétères sur l'entreprise. Selon Bloomberg, le groupe chinois chercherait à céder son activité serveurs x86, faute de pouvoir sécuriser son approvisionnement en processeurs Intel et AMD. Des négociations avancées seraient en cours avec un consortium constitué d'au moins un investisseur adossé au gouvernement chinois. La valeur de cession discutée n'a pas fuité, mais elle serait vraisemblablement de plusieurs milliards de yuan, soit plusieurs centaines de millions d'euros.

Détenu par l'état chinois et déjà partenaire de la division serveurs x86 de Huawei, Henan Information Industry Investment Co fait figure d'acquéreur potentiel. Tout comme le fabricant Huaqin Technology basé à Shanghai. Ce dernier conçoit, développe, et produit des smartphones, des tablettes, des notebooks et des serveurs, qu'il commercialise dans de nombreuses régions du monde, dont l'Europe.

Une percée jamais réussie sur le marché des serveurs

Huawei n'a jamais réussi à s'imposer dans le top 5 mondial des fabricants de serveurs. Au cours du deuxième trimestre 2021, ses ventes ont été inférieures à 150 000 unités, représentant donc un chiffre d'affaires de moins d'un milliard de dollars. La division qu'il cherche à vendre aujourd'hui n'en était pas moins au coeur de sa stratégie entreprises. Et s'il a développé des serveurs basés sur des processeur ARM pour le cloud computing, le chinois ne peut espérer que ceux-ci offrent une alternative valable aux équipements embarquant des puces Intel ou AMD.

Les restrictions d'approvisionnements de Huawei auprès de fournisseurs de technologies occidentaux (lorsque ceux-ci utilisent des brevets américains) ont déjà amené l'entreprise à céder sa marque de smartphones Honor à un consortium emmené par Shenzhen Smart City Technology Development Group Co l'an dernier. Privé de cette famille de terminaux d'entrée et de milieu de gamme, et de puces 5G, Huawei a dégringolé à la dixième place du classement des fabricants de smartphones au troisième trimestre 2021. Un choc, quand on sait que l'entreprise a, dans un passé récent, bien failli prendre la première place du marché à Samsung.

Les trimestres de décroissance s'accumulent

Les difficultés que les Etats-Unis causent à Huawei se reflètent nettement dans les résultats financiers du groupe chinois. Pour le compte du troisième trimestre 2021, il a publié un chiffre d'affaires de 21,2 Md$, en chute de 38%. Cela fait maintenant quatre trimestres consécutifs que les revenus de Huawei reculent.

Henan Information Industry Investment Co fait figure d'acquéreur potentiel de la division serveurs x86 de Huawei, tout comme le fabricant Huaqin Technology basé à Shanghai.Crédit photo : D.R.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité