L'Arcep facilite l'évaluation de sa connexion internet grâce à une carte

La carte Ma connexion internet est encore en beta. Une version complète est annoncée à l’automne. (Crédit : Arcep)

La carte Ma connexion internet est encore en beta. Une version complète est annoncée à l’automne. (Crédit : Arcep)

Afin de donner un accès plus simple et précis aux informations de connexion internet sur tout le territoire, l'Arcep a développé une carte, en version beta, qui permet de voir les différentes offres des opérateurs et les technologies disponibles à une échelle ultra locale.

L'Arcep dévoile un projet qui devrait intéresser entreprises et particulier. « Ma connexion internet » est un moteur de recherche cartographique qui permet à chacun de connaître les technologies d'accès à internet disponibles à son adresse et d'être mieux informés sur les déploiements de la fibre. En inscrivant son adresse, l'utilisateur a accès à l'ensemble des opérateurs disponibles et leurs technologies d'accès proposée (fibre, câble, ou cuivre (DSL) ou 4G fixe, HD et THD radio, satellite) ainsi que les débits maximum pouvant être obtenus. La carte est bien sûr interactive et cliquable et le site donne également accès à des statistiques de couverture agrégées à différents échelons administratives (la commune, le département et la région), utiles par exemple pour les décideurs publics.

Ce projet est en ligne mais encore en version bêta et doit être amélioré : dans certains cas, l'information donnée par « Ma connexion internet » ne correspond pas à la réalité du terrain, et certaines données sont incomplètes. « Ces difficultés sont notamment issues de problèmes de réconciliation des bases géographiques », peut-on lire sur le site. « En effet, les bases sources réutilisées par l'Arcep pour les adresses ou pour les immeubles, notamment la Base Adresse Nationale sur laquelle s'appuie le projet, sont incomplètes, en particulier dans les zones rurales. La réconciliation de plusieurs bases différentes génère elle-même ses propres incohérences. Et en l'absence de base de référence, les différents réseaux utilisent des référentiels différents. D'importants travaux ont été menés par l'Arcep pour les combiner au mieux et reconstituer un référentiel le plus complet possible, mais le chantier est complexe et sort assez largement du périmètre des missions du régulateur. Au-delà, certains des nombreux traitements de données mis en oeuvre pour assembler les données des opérateurs et les référentiels géographiques sont encore en phase de fiabilisation, et des défauts identifiés dans les données en cours de traitement. »


A l'échelle d'une ville, les données de l'Arcep peuvent s'avérer utiles pour repérer les zones moins bien ou mal connectées à internet. Ci-dessus, on remarque que la ville de Poitiers dispose d'un débit d'1 Gbps et plus davantage dans le centre et le nord, alors que le sud ne franchit pas la barre des 100 Mbps. (Source : Arcep)

Partage des algorithmes

Le site n'en reste pas moins très précis. En rentrant une adresse dans un village du département de la Vienne, il nous a été possible d'obtenir les informations de connexions par opérateur à cette adresse. Mais les informations ont surévalué quelque peu la réalité. Alors que la connexion était annoncée pour SFR (opérateur utilisé) entre 20 et 100 Mbps en débit descendant et de 2 à 10 Mbps en émission sur la carte, un test de connexion sur place a montré une vitesse moyenne de 5 Mbps en téléchargement et aux alentours de 1 Mbps en transfert.


Comparaison entre les données de la carte de l'Arcep et la connexion réelle à une adresse dans la Vienne (86) opérée par SFR. (Sources : Arcep et Google pour la vitesse de connexion)

Pour approfondir l'identification des défauts, affiner les algorithmes et définir les enrichissements à apporter, l'Arcep va partager les algorithmes qui ont permis de construire les différentes cartes du site et s'inscrire dans une démarche collaborative avec les experts de la donnée et de l'aménagement numérique. Le régulateur invite tous les acteurs concernés, notamment les collectivités et la communauté des experts de la donnée géographique et/ou télécom, à prendre part à ces travaux. L'objectif est de sortir une version complète à l'automne.

D'autres travaux publiés

En même temps que cette carte en version beta, l'Arcep a mis à disposition de nombreux autres documents sur ses travaux autour de l'aménagement numérique du territoire. En premier lieu, le rapport annuel « Territoires connectés » - réalisé avant la crise actuelle - qui établit un point d'étape de la régulation en matière d'aménagement numérique du territoire.

Parallèlement le régulateur a mis à jour le référentiel du nombre de locaux par commune à raccorder à la fibre. Jusqu'à présent, l'Arcep s'appuyait sur des données produites par l'INSEE datant de 2015. La dernière version prend en compte les déploiements jusqu'au 4e trimestre 2019, permettant d'évaluer à environ 40,4 millions le nombre total de logements et locaux à usage professionnel à relier aux réseaux sur le territoire national.

L'Autorité a aussi durcit ses exigences en matière de fiabilité moyenne des opérateurs sur leurs cartes de couverture mobile, qui sera dorénavant de 98% avec un seuil local de 95% Des cartes plus précises devront ainsi être transmises à l'Arcep et publiées par les opérateurs au cours de l'automne prochain. Enfin, et pour la première fois, le site « Mon réseau mobile » héberge désormais des données de mesure de la qualité de service mobile réalisées par des tiers. Sont désormais intégrées les données de mesure de plusieurs territoires : le Cher, les Hauts-de-France, les Pays de la Loire et l'Auvergne-Rhône-Alpes. Les mesures sur le réseau SNCF sont également disponibles. Sur le même site, le tableau de bord du New Deal mobile a été mis à jour avec les données du 4ème trimestre 2019.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité