Les puces Intel Core Raptor Lake Refresh de 14e génération sont disponibles

Destiné aux PC tour, le Core i9-14900K avec 24 cœurs et 32 threads monte à 6 GHz en mode turbo (Thermal velocity boost).

Destiné aux PC tour, le Core i9-14900K avec 24 cœurs et 32 threads monte à 6 GHz en mode turbo (Thermal velocity boost).

Après les versions pour laptops, Intel dévoile des processeurs Raptor Lake Refresh de 14e génération pour PC tour avec des fréquences allant jusqu'à 6 GHz en mode turbo. L'IA est désormais utilisée pour améliorer à la fois les performances dans les jeux et l'overclocking avec Raptor Lake Refresh.

Les derniers processeurs Intel Core de 14e génération (Raptor Lake Refresh) pour PC tour abandonnent le NPU (Neural processing unit) AI et le système de briques complexes inauguré avec les récentes puces mobiles Meteor Lake de 14e génération. Mais l'IA est toujours utilisée pour aider ce qui intéresse le plus les joueurs : améliorer les performances et la fréquence d'horloge du processeur. Comme prévu, les puces Raptor Lake rafraîchies proposent de modestes améliorations de performances par rapport à leurs prédécesseurs, tout en ouvrant la voie à d'éventuelles mises à niveau comme l'arrivée de l'interface Thunderbolt 5. Mais il y a des améliorations, comme un procédé de fabrication Intel7 peaufiné qui pousse les fréquences d'horloge jusqu'à 6 GHz en mode turbo avec le Core i9-14900K et une fonctionnalité d'optimisation des performances des applications (APO) qui semble adapter le processeur à un jeu particulier. 

Mais - et c'est important compte tenu de l'inflation - Intel maintient ses prix (presque) stables. Les tarifs de la gamme Core de 14e génération de la série S pour ordinateurs de bureau vont de 589 $HT pour le Core i9-14900K à 24 coeurs et 32 threads jusqu'à 294 $HT pour le Core i5-1400KF à 14 coeurs et 20 threads, pour un total de six nouveaux processeurs. Il s'agit de la troisième génération consécutive dans laquelle Intel laisse les prix de ses processeurs pratiquement inchangés, y compris le Raptor Lake de 13e génération et la puce Alder Lake de 12e génération, dont la puce la plus lente était au prix de 264 $HT. 
Il n'est peut-être pas surprenant qu'Intel ne propose pas beaucoup de comparaisons directes de génération en génération avec ses propres processeurs, bien qu'il ait sélectionné quelques références en matière de création de contenu à mettre en évidence avec son Core i7-14700K. Là, les améliorations de performances vont de 3% (Adobe Lightroom) à 18% (Autodesk). Selon Roger Chandler, vice-président et directeur général de l'activité PC et stations de travail d'Intel, le Core i7 offre les meilleures performances multithread jamais vues sur un Core i7. Les dirigeants d'Intel ont déclaré que le fondeur comptait environ 130 partenaires et clients pour le lancement de la 13e génération, et s'attendaient à la même chose pour le lancement des puces Raptor Lake Refresh de 14e génération.

Core de 14e génération : la fréquence et le nombre de coeurs augmentent 

Comme Raptor Lake, Raptor Lake Refresh est une puce gravée en Intel7. Raptor Lake Refresh utilise la même microarchitecture que Raptor Lake ; la seule différence est le nombre de coeurs. 
Cependant, Intel a optimisé et affiné le silicium et la gravure, pour obtenir des fréquences plus élevées dès le départ, a déclaré Aarohi Patel, ingénieur marketing produit Intel, lors d'un point de presse.

Voici un bref résumé des caractéristiques des processeurs Core de 14e génération. Les variantes F, légèrement moins chères, renoncent au GPU intégré pour les clients qui envisagent de toute façon d'utiliser une carte graphique. Toutes les  puces Core de 14e génération fonctionnent avec une puissance de base de processeur de 125 W. 
 


- Core i9-14900K (8 coeurs P, 3,2 GHz/5,6 GHz ; 16 coeurs E, 2,4 GHz/4,4 GHz) : 589 $HT, 564 $HT pour la variante -F  

- Core i7-14700K (8 coeurs P, 3,4 GHz/5,5 GHz ; 12 coeurs E, 2,5 GHz/5,5 GHz) : 409 $HT, 384 $HT pour la variante -F  

- Core i5-14600K (6 coeurs P, 3,5 GHz/5,3 GHz ; 8 coeurs E, 2,6 GHz/4,0 GHz) : 319 $HT, 294 $HT pour la variante -F 

Les processeurs Core i9 et Core i7 de 14e génération s'améliorent par rapport à la 13e génération, bien que de différentes manières. Toutes les puces Raptor Lake Refresh incluent le même GPU intégré UHD 770 que la génération précédente. I
l n'est pas surprenant qu'Intel ait choisi le Core i7-14700K comme point de comparaison, car cette puce présente les améliorations architecturales les plus marquées par rapport à l'Alder Lake de 13e génération. (C'est là que nous avons eu la plus grande opportunité d'ajouter des coeurs supplémentaires, c'est ce que nous avons fait, a déclaré M. Chandler.) 

Le Core i9-14900K/F reste inchangé à 24 coeurs et 32 threads ; il en va de même pour le Core i5-14600K, à 14 coeurs et 20 threads. Le Core i7-14700K/F de 14e génération comprend cependant 20 coeurs et 28 threads. C'est un bonus par rapport au Core i7-13700K/F de 13e génération, qui intègre 16 coeurs et 24 threads. Tous les nouveaux coeurs Core i7-14700K/F sont des coeurs E. 
Mais les Core i9-14900K/F sont les deux seules puces avec une fréquence d'horloge accrue par rapport à leurs homologues de 13e génération : la vitesse du coeur P du Core i9-14900K est passée de 3,0 à 3,2 GHz, tandis que la fréquence du coeur E est augmentée de 2,2 à 2,4 GHz.  

Voici un tableau fourni par Intel des 6 processeurs Raptor Lake Refresh avec des détails supplémentaires. 



La matrice des dernières puces Intel Raptor Lake Refresh de 14e génération.  

N'oubliez pas que la technologie Turbo Boost Max 3.0 identifie les coeurs les plus rapides du processeur et leur achemine les tâches, en particulier celles monothread très spécifiques. Intel Thermal Velocity Boost peut appliquer 100 MHz de fréquence d'horloge supplémentaire si la tolérance thermique de la puce le permet, par exemple si le PC a été éteint pendant la nuit et vient de démarrer. Il s'agit cependant d'une fonctionnalité travaillant en mode rafale, elle s'allumera et s'éteindra donc rapidement. Comme indiqué ci-dessus, l'état PL1 (ou la quantité d'énergie consommée normalement par la puce) est de 125 W. Dans son état turbo/boost ou PL2, la puce consomme 253 W, soit la même chose qu'un processeur Alder Lake.

Des améliorations de la plateforme sont en cours

Ces puces Raptor Lake Refresh de 14e génération seront rétrocompatibles avec les cartes mères existantes des séries 600 et 700, vous devriez donc pouvoir les insérer dans les cartes mères existantes avec des modifications minimes, en plus des mises à jour habituelles du Bios. En général, il devrait s'agir d'une mise à niveau transparente, a déclaré M. Chandler. 
Cependant, ce dernier a identifié deux ajouts clés sur la plate-forme de 14e génération : le WiFi 7 et le Thunderbolt 5. Le WiFi 7 offre des vitesses sans fil approchant un débit théorique de 40 Gbit/s, et les premiers routeurs  WiFi 7 (802.11 be) sont déjà en cours de déploiement chez Huawei, Zyxel ou Netgear. (Il convient de noter que le WiFi 7 est encore en cours de standardisation, mais la dernière itération devrait être la dernière.) Plus précisément, le WiFi 6e sera intégré d'office, tandis que les fabricants de cartes mères qui souhaitent ajouter le WiFi 7 peuvent le faire, mais avec un composant supplémentaire. Idem pour Bluetooth : la version 5.3 est intégrée, tandis que la 5.4, qui offre des fonctionnalités de communication un-à-plusieurs améliorées, nécessite une puce additionnelle. Intel utilisera sa marque Killer sur ces derniers. Thunderbolt 5 n'est pas encore là non plus, mais cette interface apportera également des vitesses supérieures à 80 Gbit/s - et même jusqu'à 120 Gbit/s - remplaçant potentiellement les connecteurs d'affichage HDMI et DisplayPort et se connectant à des SSD et cartes graphiques externes. Il devrait toutefois faire ses débuts en 2024, après la livraison des premiers systèmes de bureau de 14e génération.  



Intel a eu du mal à intégrer des stations d'accueil Thunderbolt comme celle-ci sur les ordinateurs de bureau, mais il n'a pas abandonné l'idée. (Crédit Mark Hachman / IDG)  

Ce qui est intéressant, c'est qu'Intel s'attend apparemment à ce que l'USB 3.2 (Gen 2×2) à 20 Gbit/s soit également généralisé. Bien que fondeur ait introduit cette fonctionnalité avec Raptor Lake, elle reste relativement rare : les ports USB-C offrent généralement 10 Gbit/s et c'est tout. Pourquoi devriez-vous vous soucier de l'USB-C à 20 Gbit/s ? Parce que c'est à peu près la norme pour les SSD externes. Le support de la mémoire reste partagé entre la DDR4 et la DDR5, avec une prise en charge jusqu'à la DDR5-5600 et la DDR4-3200 pour les produits Core i5, i7 et i9, a déclaré un porte-parole d'Intel par e-mail. L'ajout le plus intrigant est peut-être ce que le fournisseur appelle l'optimisation des performances des applications, ou APO. Vous vous souvenez de la technologie de réglage dynamique d'Intel ? Cette technologie de 2018 jonglait dynamiquement entre la puissance du CPU et du GPU, pour obtenir autant de performances que possible. APO s'inscrit dans ce cadre, selon Intel, et aux côtés de la technologie Thread Director qui attribue des tâches aux coeurs E et P. (Contrairement à Meteor Lake, Thread Director reprend l'habitude d'attribuer de nouvelles tâches aux coeurs P comme il l'a fait d'ailleurs dans Raptor Lake.) Intel fait référence à l'APO comme à une politique de planification. Quelle est la différence? C'est un peu vague. APO peut détecter l'instanciation exacte de l'application, ainsi que diriger et contrôler le type de thread, selon M. Patel. Thread Director fonctionne à un niveau supérieur, en suivant les instructions du système d'exploitation. 

Voici l'essentiel : APO est fondamentalement une mise à niveau du pilote GPU pour le CPU, permettant ce que les dirigeants ont appelé une belle amélioration des performances dans des jeux comme Metro : Exodus (augmentation de 16 %) et Rainbow Six : Siege (augmentation de 13 %), selon M. Chandler. Bien qu'il soit activé par défaut, il peut être désactivé, même si les avantages que vous en retireriez ne sont pas clairs. Les dirigeants d'Intel ont précisé qu'il n'y avait aucun effet négatif lié à l'activation de l'APO. Malheureusement, il est optimisé pour des jeux spécifiques, et non pour des applications non liées aux jeux comme Photoshop. (Cela pourrait arriver, mais il n'y a aucune garantie.) Cela nécessitera également un support spécifique de la part d'Intel, de sorte que les jeux ne seront tout simplement pas améliorés par défaut. "Nous voyons cela comme une opportunité d'améliorer réellement les performances de jeux individuels sans avoir un impact global sur les performances des autres applications", a déclaré M. Chandler. APO ne fonctionnera pas non plus avec les benchmarks - ou si vous ou quelqu'un d'autre modifiez le nom du fichier exécutable, a déclaré Chandler. 


Performances des Core Gen14 : n'en attendez pas trop 

Puisqu'il s'agit de Raptor Lake Refresh, il n'y a aucune amélioration architecturale ; la conception des puces reste la même, donc toute bonification se traduit uniquement par une fréquence d'horloge simplement supérieure. Cela signifie que les hausses de performances devraient être minimes.  



Les affirmations d'Intel sur la façon dont ses processeurs Core  de 14e génération se comparent face aux puces Ryzen d'AMD. (Crédit Intel)    

Il n'y a aucun changement d'architecture, a déclaré M. Patel. Ainsi, l'IPC [instructions par horloge] reste inchangé. Étonnamment, Intel n'a publié aucune comparaison génération par génération pour les jeux exécutés avec les Core de 14e génération. Selon M. Chandler, l'amélioration se situerait dans la fourchette moyenne à un chiffre, peut-être dans le niveau supérieure à un chiffre, en excluant les effets de l'APO. Au lieu de cela, Intel s'est concentré sur des comparaisons avec son concurrent AMD et a tenté de montrer la démarcation plus nette entre ses processeurs de 12e et 14e génération.  



Intel ne revendique pas de nombreuses améliorations significatives des performances de jeu par rapport aux puces AMD. (Crédit Intel)  

Le fondeur a également fourni sa propre évaluation de la façon dont son Core i9-14900K de 14e génération se compare à l'AMD Ryzen 9 7950X3D, avec des améliorations modestes dans tous les domaines. Il a fait de même avec une sélection de puces Ryzen 9X et 9X3D.  

 

En ce qui concerne les améliorations générationnelles, Intel les a limitées à la diapositive ci-dessous. Il y a bien sûr toujours une sélection dans les benchmarks, mais cela semble assez spécifique. (Crédit Intel)  

Bien qu'Intel n'ait pas comparé directement les puces de 13e et 14e génération, nous pouvons faire le calcul : cela représente une augmentation de 3,6 % de la charge de travail d'Autodesk à l'extrême gauche, passant à 17,6 % (Autodesk) et 15,6 % (Adobe After Effets) à l'extrême droite. La plupart des améliorations générationnelles semblent cependant beaucoup plus proches.

L'overclocking utilise l'IA comme une arme

Avec Raptor Lake, Intel a continué à peaufiner son Extreme Tuning Utility (XTU), en ajoutant un overclocking en un clic, des visualisations améliorées et eXtreme Memory Profile dans sa version 3.0. Désormais, avec Raptor Lake Refresh, XTU devient personnel. Intel ajoute ce qu'il appelle AI Assist, où l'IA rencontre l'overclocking. AI Assist est une fonctionnalité en avant-première de XTU, qui peut être téléchargée à partir du site d'Intel. Elle 
analysera essentiellement le système, comprendra les composants individuels, les tensions et les paramètres d'alimentation et recommandera des paramètres d'overclocking via une interface utilisateur simple, étape par étape, adaptée à votre système. Il y a un problème : XTU avec assistance IA sera proposé en premier pour les processeurs Core i9-14900K/KF, avec une prise en charge étendue à d'autres processeurs déverrouillés de 14e génération à l'avenir. Il ne sera pas accessible aux anciennes puces. (D'un autre côté, Intel Speed Optimizer continuera d'être proposé aux côtés d'AI Assist, selon Dan Ragland, ingénieur principal du laboratoire d'overclocking d'Intel - qui sera l'outil que les acheteurs de Core i7 et i5 de 14e génération pourront utiliser à la place.) L'outil AI Assist a été formé par apprentissage automatique, à partir de centaines de processeurs, avec des combinaisons de cartes mères, de ventilateurs et même de refroidissement liquide personnalisé. Tout cela sert de base aux recommandations - même si vos propres expériences peuvent différer, ont déclaré les dirigeants d'Intel.

Intel propose également des fréquences d'overclocking accrues pour les coeurs P et E, des fréquences DDR5 XMP supérieures, une limitation thermique des coeurs P et un outil d'overclocking tiers, FoundationTK.com, basé sur XTU. 
Ragland, un passionné d'overclocking reconnu, a déclaré qu'il préférait le XMP 6600 et deux DIMM par canal pour un couplage avec les puces Raptor Lake Refresh, et les acheteurs pourront trouver des barrettes XMP sur le site d'Intel au lancement. Espérons qu'ils proposeront des XMP 8000, a-t-il déclaré.

Et après ?

Intel fait-il autre chose que du surplace en recyclant ses microarchitectures sans améliorations notables ? Difficile de donner un jugement définitif. 
Cependant, la plateforme Raptor Lake Refresh ne semble pas être bien plus qu'une actualisation, mais avec des approches intéressantes pour obtenir des améliorations de performances grâce à l'IA. Que cela laisse ou non la porte ouverte à AMD pour réagir est quelque chose que nous connaitrons dans les mois à venir.   



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

2024, l'année de Windows 11

2024, l'année de Windows 11

Si le parc de PC dans les entreprises françaises fonctionne encore majoritairement sous Windows 10, Microsoft a toutefois fixé la fin de son support le 14 octobre 2025....

Publicité