Stockage & sauvegarde : réinventer la valeur

Les marchés du stockage et de la sauvegarde sont réputés pour avoir résisté à la dégradation du contexte économique. Une analyse plus détaillée des différents segments fait pourtant apparaître des évolutions très contrastées, depuis les produits « volumiques » dont les prix ne cessent de chuter jusqu'à certaines « niches » en forte progression.

Dossier réalisé en collaboration avec Le marché du stockage est traditionnellement présenté en trois grands segments de chiffre d'affaires : plus de 50% pour les matériels, un tiers pour les logiciels et environ 15% pour les services. Ce résumé ne permet pas d'apprécier les situations très différentes des acteurs concernés. En l'occurrence, l'acteur le plus présent en termes de segments couverts comme au niveau des parts de marché reste EMC, qui a multiplié les acquisitions et les partenariats pour compléter son offre. Par ailleurs, on ne peut appréhender le stockage sans se fonder sur les types de clients finaux et leurs motivations. Tirées par le grand public (familles ou prosumers), les ventes de disques durs et de systèmes de stockage externe sont définitivement le pré carré de la grande distribution et des sites marchands. De fait, la notion de valeur ajoutée est quasiment absente sur ce segment, à tel point que près d'un tiers des ventes d'outils de stockage externe passe désormais par le e-commerce. C'est la proportion la plus élevée parmi toutes les familles de produits et tous secteurs confondus.

On ne peut pas demander à un distributeur de se certifier pour commercialiser des solutions de stockage simple.

Patrick Mathieu, Regional Sales Manager chez Iomega
EMC ne pouvait rester à l'écart de ce marché et a fait l'acquisition de Iomega en juin 2008. Cela étant, les objectifs qu'il a fixé à sa nouvelle division grand public et PME illustre la volonté des industriels de recréer de la valeur. « Alors que les ventes aux particuliers représentaient 90% de l'activité d'Iomega, EMC nous a fixé pour premier objectif de ramener cette part à 70% », explique Patrick Mathieu, Regional Sales Manager chez Iomega. Avec ce rachat, le but d'EMC était donc plus de mieux atteindre les PME que de descendre en gamme vers le grand public. Nouvelles motivations pour les entreprises Sur le segment des entreprises, la dernière étude menée par Comm'Back cet automne fait apparaître une quasi stagnation des ventes. En ce qui concerne les systèmes de stockage sur serveurs ou en réseau (NAS ou SAN), les évolutions ne portent pas sur le nombre de projets mais sur les types de clients. La principale motivation des entreprises est en effet liée aux nouvelles contraintes réglementaires concernant la conservation des données. Cet impératif explique la forte progression des projets de stockage dans le secteur public, particulièrement sensible à sa mise en conformité. Il génère cette année 50% des projets de SAN, contre 41% en 2008, et 52% des projets de NAS, au lieu de 44%. A l'inverse, le secteur industriel a fortement réduit ses investissements dans ce domaine : il ne représente cette année que 23% des projets de SAN (-6%) et 22% des projets de NAS (- 8%). Nouvelles valeurs ajoutées...

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité