Free Mobile : 3 systèmes commerciaux, 2 tarifs ... et l'iPhone 4S

Très disert sur ses concurrents et ses offres, Xavier Niel l'est moins sur sa distribution et reste muet sur le réseau. Il est néanmoins fidèle à un  accès très simplifié à ses offres, avec un avantage pour les abonnés déjà chez Free.

Très médiatisées, les offres de Free Mobile seront commercialisées de trois manières : par Internet, avec mobile.free.fr, par téléphone au 10 44, dans les boutiques, trois sont ouvertes, une centaine le seront (mais on ne sait pas d'ici combien de temps).  Comme pour ses offres fixes antérieures, Free privilégie internet, mais innove avec des boutiques. Pour le moment, elles servent à démontrer les produits, elles auront bientôt pour rôle de vendre. Elles sont situées dans des villes moyennes.

Interrogé sur la possibilité pour The Phone House (TPH), de vendre les offres de Free Mobile, Thomas Raynaud, directeur financier d'Iliad nous a rétorqué « je ne suis pas au courant ». Le directeur général de The Phone House, Guillaume van Gaver avait pourtant avancé, le 21 novembre dernier, qu'il revendrait Free Mobile dans ses boutiques, situées dans des grandes villes.

Si c'est confirmé, on aurait donc un schéma avec un système de vente principal, le web, et des systèmes complémentaires : téléphone, boutiques en propre dans les villes moyennes, boutiques d'un réseau différent  dans les grandes villes.

800 salariés en centres d'appel

Pour appuyer ses ventes, Free Mobile a déployé des centres d'appel. « Ils sont spécifiques aux offres Free Mobile », nous précise Angélique Berge, directrice de cette activité chez l'opérateur. 800 personnes ont déjà été embauchées, elles sont réparties dans trois centres d'appel, celui de Colombes (dans le 92), celui de Vitry (dans le 94), un autre dans les locaux mêmes du siège de Free, rue de la Ville l'Evêque en plein Paris. 200 personnes étaient embauchées à Evry en septembre, autant à Colombes en décembre, ces deux centre devaient monter en charge pour atteindre, avec celui de Paris,  800 personnes au lancement, ce 10 février.

Toutefois, un de nos confrères marocain, yabiladi.com, assure que trois centres d'appels marocains sont sollicités pour assurer la montée en charge du lancement de Free Mobile. Il s'agit de Teleperformance, Webhelp et Outsourcia. Les centres d'appels sont de toute manière le nerf de la guerre pour les opérateurs, Free avait suscité quelques défiances pour la qualité de son service après-vente pour ses offres fixes. La leçon a été retenue.

Narguer les 3 « historiques »

Reste le coeur des offres. Elles figurent dans tous les médias, rappelons simplement les tarifs. Les abonnés à Free paient 15,99 pour du tout illimité (voix+SMS+MMS+data), les autres 19,99. Une offre à 2 euros pour  1 heure de voix et 60 SMS permet de répliquer aux trois « historiques » avec leur tarif social à 10 euros. La présence de l'iPhone 4S les nargue un peu plus. Quant aux subventions opérateur pour les terminaux, il n'en est pas question, mais l'abonné à Free Mobile se voit proposer une possibilité d'acheter son mobile sur 12, 24 ou 36 mois.

En revanche, comme pour toutes ses offres, Free reste muet sur son équipement réseau, qui reste le vrai secret de fabrication de l'opérateur.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité