« Il est plus facile pour un site marchand comme LDLC de devenir aussi un acteur du commerce traditionnel que l'inverse »

Distributique.com : Quel est le concept de point de vente que LDLC va développer ?

Olivier de la Clergerie :
Les boutiques que nous allons ouvrir vont disposer d'une surface comprise entre 150 et 300 mètres carrés en fonctions de l'importance des zones où elles seront situées. Les clients pourront y retrouver l'offre que nous proposons sur le web, sans doute organisée de façon différente. Nos magasins vont véhiculer l'identité de LDLC et proposer un univers facilement reconnaissable. Le récent changement du logo du groupe participe de cet objectif. Toutefois, notre ambition n'est pas de créer des points de ventes de passage qui permettraient à notre marque de se faire connaître d'avantage. La vocation de nos boutiques est avant tout d'être des lieux de destination où les gens se rendent en sachant pourquoi ils viennent. Nous allons donc installer nos magasins dans des lieux faciles d'accès sans que le coût des locaux soit trop lourd pour les franchisés.


Distributique.com : Quel critères faudra-t-il remplir pour devenir franchisé LDLC ?

Olivier de la Clergerie :
Nous recherchons des candidats qui ont au minimum une appétence pour l'IT et un vrai caractère entrepreneurial. Nous leur fournirons une formation d'environ un mois au sein de LDLC pour qu'ils acquièrent notre savoir-faire. Le modèle économique que nous leur proposerons n'est pas encore public mais on peut déjà dire qu'un franchisé devra réaliser un investissement personnel représentant 30% du montant global d'ouverture du magasin. Dans certaines zones, ce montant global atteint environ 300 K€ pour un magasin de 300 m2, hors acquisition des locaux. En contrepartie, les franchisés, profiteront, en autre, de conditions d'achats avantageuses que LDLC tire des ses propres capacités d'achats. Ils disposeront ainsi de prix plus avantageux que les autres revendeurs micro indépendants. Pour donner un ordre d'idée des performances que peut atteindre un point de vente LDLC, on peut indiquer que le magasin que nous exploitons en propre à Lyon génère 9 M€ de chiffre d'affaires par an.


Distributique.com : LDLC prévoit de proposer l'enlèvement dans ses futures boutiques de produits achetés sur son site marchand. Dans ce cas, les franchisés seront-ils rémunérés sur l'achat des matériels en question ?

Olivier de la Clergerie :
Nous ne dévoilons pas encore notre modèle économique au public sur ce sujet. Mais je peux déjà vous dire que nous n'allons léser personne en mettant en place les interactions indispensables entre nos points de vente physiques et notre site web. Pour que l'équilibre financier des points de vente soit bon, il faut que les franchisés s'y retrouvent sur tous les aspects de leur adhésion à la marque LDLC.




Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité