IT Partners 2016 : Convergence autour du réseau et du cloud

Près de 6 450 personnes ont demandé leur badge pour l'édition 2016 du salon IT Partners. (Crédit D.R)

Près de 6 450 personnes ont demandé leur badge pour l'édition 2016 du salon IT Partners. (Crédit D.R)

L'édition 2016 d'IT Partners montre une fois de plus le rôle que joue le salon pour tous les maillons de la distribution IT. Preuve que les acteurs du secteur ont encore besoin de se rencontrer pour trouver des solutions et créer de nouvelles opportunités de partenariats entre les secteurs.


Le marché de l'IT a décidément plus d'un tour dans son sac. Malgré un marché du PC en berne, une grève des transports nationale et une pluie glaçante, le salon IT Partners continue de battre son plein. Les allées fourmillaient de représentants des segments de l'univers IT, dès l'ouverture du salon, venus des quatre coins de l'hexagone (60% d'entre eux viennent de province) pour se retrouver à Disneyland (Marne-la-Vallée) où le salon à l'habitude de se tenir. 

Vingt exposants supplémentaires

Cette onzième édition est portée par de nombreuses niches, mises à l'honneur cette année, tels que le secteur de l'intégration audio et vidéo, une activité qu'il ne ciblait pas spécifiquement jusqu'ici. En accueillant de nouveaux acteurs, le salon étire le nombre d'exposants à 250, soit vingt de plus que l'an passé. Dans les rangs de cette population, on retrouve des acteurs comme le grossiste spécialisé dans l'audiovisuel SVD, Erard Pro ou l'israélien Kramer Electronics, pour la première fois sur le salon. Jerome Obriot, directeur général d'Erard Pro, fournisseur de supports pour TV et systèmes audio, estime que le marché de l'audiovisuel et de l'IT converge à un tel point que l'IT pourrait grignoter de sérieuses parts de marchés à l'audiovisuel. « Je ne serais pas étonné de voir un grossiste IT racheter un grossiste AV (audio visuel) très prochainement, comme l'a fait Tech Data en mettant la main sur Maverick ». Cette affirmation fait sens pour au moins deux raisons : les marges opérées par les grossistes AV sont alléchantes (15% à 20%) et largement au-dessus de celles du marché de l'IT (5% à 10%) et parce que l'intégration de ces systèmes nécessitent des compétences IT.

A la recherche d'intégrateurs IT et AV

C'est notamment l'observation faite par le fournisseur Kramer Electronics qui commercialise depuis un an la solution de communication unifiée « VIA». Déclinée sous trois offres (VIA Connect Pro, VIA Campus, VIA Collage), celle-ci permet aux utilisateurs de diffuser le contenu de leur smartphone, ordinateur ou tablette sur l'écran principal lors des réunion en utilisant le réseau WiFi et LAN de l'entreprise. Une dimension réseau parfois déroutante pour les partenaires historiques de Kramer Electronics, qui se voit dans l'obligation de recruter une nouvelle typologie de revendeurs.

Un club de revendeurs Sage mécontents

Si les besoins d'expertise IT apparaissent comme une opportunité pour certains revendeurs, d'autres doivent réinventer leur métier et parfois même se défendre ardemment pour se maintenir. C'est notamment le cas de huit revendeurs Ciel qui ont fondé le ClubCiel. A eux seul, ils représentent 400 K€ de chiffre d'affaires pour Sage. Ces derniers tenaient leur première assemblée générale, à quelques encablures de l'éditeur Sage à qui ils veulent faire entendre leur mécontentement. Si tout a démarré l'an dernier lors de la précédente édition du salon IT Partners avec une simple distribution de tracts d'un revendeur mécontent, l'association se structure aujourd'hui et souhaite accélérer son recrutement en 2016 grâce un plan de communication rondement mené sur lequel nous reviendrons bientôt.

Huawei montre les muscles

Il n'y a pas que les revendeurs qui font grincer des dents sur le salon. Les grands noms de l'IT se mènent une bataille à couteaux serrés avec des acteurs, comme Huawei, qui ne cessent de leur grappiller des parts de marché. Emancipé de ses grossistes sur son stand pour la première fois, le chinois veut frapper un grand coup en présentant l'ensemble de son écosystème : allant des serveurs et stockage, aux routeurs, les switchs, le WiFi, les solutions de communications unifiées ou la vidéosurveillance. Une offre globale qui semble justement ne pas laisser indifférent des acteurs tels qu'Arrow ou Also. 

S'il travaille déjà avec des acteurs tels qu'Azenn, Memodis ou Config, le troisième constructeur mondial de smartphones profite du salon pour amorcer la restructuration de son réseau de ventes indirectes.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité