IT Partners 2022 : une édition de transition qui a rempli son contrat

IT Partners 2022 a fermé ses portes le 16 juin, après deux journées lors desquelles les fortes chaleurs ont joué les invités surprise. Crédit photo : F.A.

IT Partners 2022 a fermé ses portes le 16 juin, après deux journées lors desquelles les fortes chaleurs ont joué les invités surprise. Crédit photo : F.A.

Malgré le peu de temps imparti, la nouvelle équipe organisatrice d'IT Partners est parvenue à livrer une édition 2022 de bonne facture, en la calquant sur celle de l'année passée. Le nombre d'exposants était tout de même moins important qu'en 2021, et la population de visiteurs peut-être un peu moins nombreuse au ressenti.

IT Partners 2022 a fermé ses portes le 16 juin, après deux journées lors desquelles les fortes chaleurs ont joué les invités surprise. Organisée par une équipe totalement remaniée et en poste depuis janvier seulement, la 16ème édition de l'événement pouvait légitimement être attendue au tournant. Finalement, elle semble avoir rempli son contrat, aux dires des exposants et revendeurs interrogés dans les allées du salon parmi les milliers de visiteurs présents. Peut-être parce que la nouvelle direction avait sagement choisi de répliquer ce qui avait déjà été proposé au monde de la distribution informatique en 2021. « J'ai reconnu IT Partners », nous dira un grand habitué de l'événement, qui indique néanmoins avoir perçu une légère baisse de fréquentation.



Les chiffres de fréquentation audités du salon, qui seront livrés dans quelques semaines, apporteront une réponse définitive sur ce point. Crédit photo : Julien Ohanian.

Lenovo parmi les grands absents


Ce qui est sûr, en revanche, c'est que le nombre de stands déployés cette année sur IT Partners (250), était inférieur à celui de 2021 (280). Parmi les fournisseurs qui n'avaient pas réservé leur propre espace figuraient le fabricant d'imprimantes Brother, ses homologues OKI, Kyocera et Toshiba Tec, ou encore l'hébergeur OVH. Traditionnellement exposant, Lenovo n'avait pas non plus fait le déplacement. Il n'en reste pas moins que d'autre marques ont réitéré leur confiance au salon, comme HP, Sewan, Cisco (seconde participation), Canon, ou encore Tech Data qui avait le plus gros stand du salon (plus de 230 m²). D'autres enfin, avaient pris pour la première fois leur stand, à l'image de Huawei.

Auparavant représenté sur le salon par ses grossistes, le fabricant chinois voulait « suffisamment d'espace pour montrer l'étendue de sa gamme ». Il exposait notamment quatre PC portables, des moniteurs, des routeurs et des tablettes ainsi que l'imprimante multifonction PixLab B5. Ce système d'impression devrait être lancé en France cette année et sera le premier du genre commercialisé par la maque dans l'Hexagone. Asus faisait, lui aussi, la promotion de ses gammes de notebooks, dont le tout nouvel ASUS ExpertBook B7 Flip (écran 14 pouces 16/10ème). Positionné sur le haut de gamme et fleuron du fabricant taiwanais en termes de sécurité (empreinte digitale, puce TPM, identification NFC, réduction angle de vision...), le terminal est facturé 1 799 € TTC.

Le français Sylink automatise les audits de sécurité

Comme de nombreuses marques de premier plan venu présenter leurs produits, des acteurs à plus faible notoriété avaient aussi décidé de s'exposer pour la première fois sur IT. Sur son stand, le français SYlink Technologie faisait ainsi la démonstration de deux produits, à commencer par la SYlink Box. Se présentant sous la forme d'une tablette qui se connecte aux box internet, ce produit délivre aux TPE et aux profession libérales des fonctions de pare-feu de nouvelle génération.  La solution est utilisable sans configuration mais l'opération est tout de même rendue possible depuis un portail utilisateur en ligne.




SYlink Technologie conçoit également la Sylink Audit Case (ci-dessus), un système qui se présente dans une valise renforcée, embarquant notamment un écran 27 pouces, une puces AMD 32 core 64 thread et une carte graphique Nvidia RTX 3090. Elle permet aux professionnels de l'IT de recenser, chiffrer et documenter les risques cybers de leurs clients afin de leur proposer un plan d'actions correctives.

Le point sur les référencements de grossistes

Du côté des grossistes IT, un salon comme IT Partners est l'occasion de présenter les marques qu'ils commercialisent, en particulier celles avec qui de nouveaux accords de distribution ont été signés. Exer faisait ainsi la promotion des solutions de protection des messageries de Barracuda Networks, dont il est récemment devenu le second grossiste en France. BeCloud s'affichait quant à lui avec Atempo pour mettre en avant la solution qu'ils ont développé visant à enrichir Microsoft 365 (M365) d'une solution de sauvegarde souveraine des données. Chez Abbakan, l'actualité était riche en termes de référencements de solutions de sécurité. Le distributeur a ajouté à son offre les solutions du singapourien Group-IB (gestion de la surface d'attaque), et des Français Sesame IT (NxDR) et Prohacktive (prévention et sensibilisation). Cette liste, dont l'énumération pourrait être encore longue, renferme aussi la présence du distributeur montpelliérain Lazar Soft qui était accompagné de l'éditeur indien ManageEngine. Filiale de Zoho Corporation, ce dernier conçoit des solutions de gestion informatique (devices, réseau, sécurité, assistance...), notamment concurrentes de celles de N-Able.

Illustration de la vague du recyclage avec Lexmark et Tech Data

Au titre des tendances qui se dégageaient sur le salon figurait le recyclage et le reconditionnement des matériels informatiques. Là encore, la liste est longue des acteurs et des initiatives qui s'exposaient sur IT Partners 2022. On peut citer celle de Tech Data qui a récemment signé avec ATF Gaia pour élargir aux serveurs, PC imprimantes et écrans les services de récupération qu'ils proposait déjà aux revendeurs dans le domaine des smartphones. Lexmark mettait quant à lui en avant l'écoconception de ses systèmes d'impression (39% de plastique recyclé) et son programme Evergren lancé l'an dernier à destination de ses revendeurs bureauticiens. Il consiste à racheter à ces derniers leurs matériels en fin de contrat, à les reconditionner sur son site polonais, et à les faire recommercialiser par ces partenaires.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité