Orange et Bouygues obligés de démocratiser la 4G

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Suite à l'arrivée fracassante et sans surcoûts de la 4G chez Free Mobile, Orange et Bouygues font de même avec leurs marques low cost respectives, Sosh et B&You. Le trublion des télécoms a déplacé le curseur du très haut débit mobile du haut de gamme vers l'entrée du marché.

Après Free Mobile, Sosh et B&You vont aussi proposer la 4G sans surcoût. Dès aujourd'hui, les clients de la marque low cost de Bouygues Telecom peuvent bénéficier du très haut débit mobile dans leurs forfaits 24/24. Ils jouiront de 3 Go de data avec l'offre à 20€/mois et de 5 Go avec celle à 25€. Le réseau 4G de Bouygues Telecom couvre aujourd'hui 63% de la population selon les dernières estimations. Pour rappel, le troisième opérateur a eu l'autorisation de réutiliser sa fréquence 1800 Mhz pour faire de la 4G et donc a modifié ses stations de base en conséquence.

Chez Orange, la 4G ne sera en revanche proposée qu'avec le forfait Sosh à 25 euros/mois. Comme chez Bouygues Telecom, il donne accès à 5 Go de data mais ne sera disponible qu'à partir du 9 janvier 2014. Selon les dernières estimations, le réseau 4G d'Orange est un peu plus étendu que celui de Bouygues Telecom et couvre 75% de la population. Si ces annonces peuvent être perçues comme une réponse aux offres agressives de Free qui propose la 4G avec son forfait à 20€/mois (16€/mois pour les abonnés Freebox) et 20 Go de trafic data, elles traduisent aussi la difficulté rencontrée par les opérateurs à imposer le très haut débit mobile auprès du grand public.

62% des Français ne montrent aucun intérêt pour la 4G

Auprès des professionnels, la 4G rencontre un franc succès. Ainsi, 90% des clients pro de Coriolis avait déjà adopté le très haut débit mobile le 5 novembre dernier, rapporte une étude menée par l'opérateur. En moyenne, leur consommation de data a été multipliée par 2,5 par rapport à la 3G+. Dans le cadre d'un usage professionnel, la 4G semble d'ailleurs complètement justifiée, notamment pour les travailleurs nomades ou le partage de connexion à partir d'une clé par exemple.

En revanche, sur le marché grand public, le constat est loin d'être le même. D'après le baromètre de l'économie numérique publié par la chaire d'économie de l'Université Paris-Dauphine, 62% des Français ne montrent aucun intérêt pour la 4G. Pire, 16% des personnes interrogées avouent ne pas savoir de quoi il s'agit. De plus, pour beaucoup d'usagers, la 3G répond largement à leurs besoins avec un gros volume de données. Ils ne voient pas l'intérêt de payer plus cher pour quelque chose dont ils n'ont pas forcément besoin.

En proposant la 4G dans les forfaits low cost, les opérateurs se livrent d'abord à une guerre commerciale et marketing. Ils modifient les schémas classiques de lancement d'une nouvelle technologie, d'abord les entreprises, le haut de gamme ensuite, puis le middle market et enfin l'entrée de gamme. Or, cette avalanche d'annonces va certainement brouiller la lisibilité sur la valeur ajoutée de la 4G. A terme, les opérateurs auront peut-être réussi à démocratiser la 4G, mais avec des marges beaucoup plus réduites par rapport à leurs investissements.

Free Mobile propose la location d'iPhone 5S, Galaxy S4 et Note 3

En guerre contre la subvention des terminaux, Free Mobile lance un autre modèle économique pour attirer des clients : la location des smartphones. 

L'opérateur propose ainsi depuis aujourd'hui la possibilité de louer un iPhone 5S ou un Galaxy S4 ou Note 3 pour 12 euros par mois pendant deux ans, avec un paiement initial respectif de 50 et 129 euros. Au total, cela donne donc 337 euros pour un S4, 387 euros pour le 5S et 417 euros pour le Note 3. Selon l'opérateur, le gain estimé par rapport à un achat comptant est d'environ 40%. Cette option est pour l'instant réservée aux nouveaux abonnés au forfait à 20 euros par mois (16 euros pour les clients Freebox). 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité