Sage lance sa première offre SaaS en France

Guy Berruyer, CEO de Sage, a lancé officiellement l'offre SaaS SageOne en France le 5 juillet

Guy Berruyer, CEO de Sage, a lancé officiellement l'offre SaaS SageOne en France le 5 juillet

Après le Royaume-Uni puis l'Amérique du Nord, Sage élargit la couverture de son offre SaaS pour TPE SageOne à la France. A termes, le service hébergé sera enrichi d'un point de vue fonctionnel et devrait alors être également proposé par le réseau de distribution de l'éditeur.

Le SaaS suscite depuis quelques années un enthousiasme des éditeurs auquel Sage avait jusqu'ici évité de trop mêler sa voix. Le concepteur de logiciels de gestion n'en avait pas moins avancé sur le sujet en lançant il y a deux ans le service hébergé SageOne au Royaume-Uni. En mai 2012, l'offre était étendue à l'Amérique du Nord. Ce 5 juillet, la société a annoncé sa disponibilité en France, en Allemagne et en Espagne, lors d'une conférence de presse à laquelle participait son CEO, Guy Berruyer. « Actuellement, la plate-forme SageOne proposée en France comporte deux modules : une application de gestion de devis et de facture, ainsi qu'une seconde offre qui associe cette première brique à une comptabilité simplifiée », précise Christian Litaudon, en charge du projet SageOne pour la France. Dans la stratégie cloud de Sage, SageOne est le pilier sur lequel il s'appuit pour cibler les entreprises de 0 à 20 salariés à la recherche d'une offre de gestion en mode SaaS. A l'heure actuelle, le périmètre fonctionnel du service disponible en France ne lui permet que d'adresser les sociétés de 0 à 5 salariés. « Nous étendrons progressivement les fonctions et les modules proposés, moyennant de nouveaux tarifs, pour intéresser également les sociétés jusqu'à 20 personnes », indique Christian Litaudon.

Des services compris entre 10 et 15 € par mois

Les tarifs facturés pour SageOne varient entre 10 € HT/mois pour le module Devis et Factures et 15 € HT/mois pour le second module qui comprend la comptabilité simplifiée. Ces forfaits peuvent être souscrits sur le web sans engagement de durée par les clients. Outre l'accès aux applications (les offres peuvent être testées gratuitement sur le site SageOne), ils comprennent l'assistance utilisateur (5/7 j de 9h à 21h) et les mises à jour. Les modules actuellement disponibles n'offrent que très peu, voire pas du tout, de possibilités de paramétrage quant à la présentation des données.
Concernant l'hébergement de ses nouveaux services SaaS, Sage n'a pas souhaité indiquer précisément dans quel pays il est localisé ni chez quel prestataire. L'éditeur s'est contenté d'indiquer que l'infrastructure technique est basée en Europe chez un hébergeur américain. D'après nos informations, le prestataire en question est Amazon. Le fait que ce dernier soit soumis au Patriot Act américain est une donnée qui, selon Sage, ne poserait pas de problème eux TPE françaises.

Pas encore assez de valeur ajoutée à fournir pour les revendeurs

L'éditeur s'est en revanche montré tout à fait clair sur le fait que son réseau de distribution ne sera pas impliqué dans le commercialisation de SageOne en France dans l'état actuel du périmètre fonctionnel de la nouvelle offre. « La vente de ces services au prix où ils sont proposés n'intéresse pas nos revendeurs, estime Antoine Henry, le directeur général de Sage France. Nous le constatons d'ailleurs bien chez notre filiale Ciel [Ndlr : éditeur de logiciels de gestion pour TPE et artisans] dont les ventes via des revendeurs sont concentrées sur le haut de sa gamme.» Le dirigeant pense en revanche que le réseau de distribution de Sage trouvera beaucoup plus d'intérêt à commercialiser SageOne lorsque l'offre aura été suffisamment musclée pour convenir également aux entreprises jusqu'à 20 personnes. Au Royaume-Uni, l'éditeur a d'ailleurs lancé un programme partenaires autour de SageOne.

On peut d'autant plus s'attendre à ce que Sage implique ses partenaires dans la revente de ses offres SaaS que le catalogue de services hébergés qu'il propose est appelé à s'élargir à d'autres profils d'entreprises. D'ici quelques mois, l'éditeur devrait ainsi comercialiser en France une version SaaS de sa ligne 100 qui vient d'être lancée en Grande Bretagne. A l'image de ce qu'est SageOne pour les TPE, ce service est la pierre angulaire de la stratégie SaaS de Sage sur le segment des PME de 100 à 200 salariés. Sur la cible des organisations de 100 à 500 personnes, c'est l'ERP X3 qui constituera le pilier de l'approche cloud de Sage. Toutefois, aucune annonce sur le lancement d'une version SaaS de cette solution n'a encore été faite par l'éditeur.

Avec la sortie de SageOne et celle annoncée de Sage 100 en mode SaaS, Sage devrait avoir fait en quelques mois de grands pas dans l'avancée de sa stratégie SaaS sur le plan mondial. Jusqu'ici, l'éditeur s'était contenté de dérouler sa stratégie cloud au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, jugeant, pour la France par exemple, que d'autres marchés n'étaient pas encore assez mûrs. « Une étude faite aux Etats-Unis, où l'adoption du SaaS est l'une des plus avancées, montre que seulement 25% des entreprises qui comptent s'équiper d'un logiciel de comptabilité ou d'un ERP opteront pour le mode SaaS. Il y a donc une évolution claire vers ce mode de consommation des logiciels, mais cela ne représente pas la majorité du marché », analyse Guy Berruyer, le CEO de l'éditeur. Une façon, aussi, d'expliquer pourquoi Sage a prudemment avancé vers le cloud, en attendant que celui-ci commence à entrer suffisamment dans les moeurs pour lancer sa grande offensive.

Ajouter un commentaire
1
Commentaires

Franck Comme le dit Sage "« La vente de ces services au prix où ils sont proposés n'intéresse pas nos revendeurs, estime Antoine Henry, le directeur général de Sage France". Cela tombe bien car LES REVENDEURS ne s’intéresseront plus à Sage...

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité