Les disques durs explosent les records de capacité

Afin d'augmenter significativement la capacité de stockage sur leurs disques durs, les fabricants passent progressivement de l'enregistrement horizontal des données à une technologie perpendiculaire.

Pour suivre les besoins croissants en stockage, les constructeurs de disques durs travaillent depuis longtemps sur l'augmentation de la densité par pouce carré des plateaux magnétiques des disques et sur la multiplication de ces plateaux. Mais cela faisait des années que la capacité des unités de stockage plafonnait à 500 Go. Pour continuer à accroître la capacité par unité de surface, les fabricants ont dû changer de technologie et passer au stockage perpendiculaire ou PMR (Perpendicular Magnetic Recording). De nos jours, les disques durs stockent les données de manière longitudinale : les bits d'information sont enregistrés sur la surface plane des plateaux. Sur un disque dur traditionnel, chaque bit (donnée binaire 0 ou 1) est déposé par aimantation horizontale sur un plateau (en métal, en verre ou en céramique) recouvert d'un substrat magnétique. Mais avec cette technologie, dite « à couche magnétique continue », les interactions parasites entre domaines contigus empêchent de descendre en deçà d'une taille minimale de 0,4 micron. C'est pour remédier à ce problème qu'est née l'idée de l'enregistrement perpendiculaire. Pourquoi ne pas utiliser une aimantation perpendiculaire ou verticale plutôt que plane ? Cette aimantation vers le haut ou vers le bas par rapport à la surface du plateau permet de diminuer la place occupée par une particule, et donc d'augmenter la densité maximale théorique : 230 gigabits par pouce carré au lieu de 120. Une densité de 200 gigabits par pouce carré correspond ainsi à une capacité de stockage de données de 400 Go environ sur un plateau de 2,5 pouces. Avec deux ou trois plateaux, on atteint donc une capacité de stockage de 800 Go à 1,2 To ! Rapides et silencieux Aujourd'hui, Fujitsu, Hitachi, Seagate, Western Digital et Toshiba préparent la commercialisation de disques durs reposant sur cette technologie. Par exemple, Western Digital a annoncé le Caviar SE16, un disque dur de 750 Go. Grâce à la technologie perpendiculaire, ce disque est non seulement capacitif, mais il est aussi rapide car il procure un débit de 3 Gbits/s et intègre 16 Mo de cache. Mais c'est Hitachi Global Storage qui bat tous les records. En effet, le fabricant a lancé le Deskstar 7K1000, un disque d'une capacité de 1 000 Go (un téraoctet) sur cinq plateaux. De quoi stocker deux mille heures de vidéo en DivX ou cinq cents heures de vidéo HD. Seagate exploite lui aussi la technologie perpendiculaire et réussit à « caser » 148 Go par pouce carré, contre 115 Go pour la génération précédente. Les Hitachi Deskstar 7K1000 en versions SATA-II disposeront de 32 Mo de mémoire cache. La mouture IDE plafonnera à 8 Mo. Le temps d'accès moyen annoncé est de 8,7 ms et le niveau sonore devrait atteindre 29 dB (A). Hitachi envisage de commercialiser ces disques à moins de 400 $. La technologie perpendiculaire ne concerne pas seulement les disques durs au format 3,5 pouces, elle équipe de plus en plus les modèles de 2,5 pouces que l'on trouve dans les ordinateurs portables. Pour ces derniers, le PMR s'avère particulièrement bénéfique car avec la technologie d'enregistrement horizontal actuelle, il devenait difficile de mettre plus de 120 Go de données dans un disque de ce format. Aujourd'hui, la barrière des 200 Go est franchie dans les disques durs 2,5 pouces grâce au stockage perpendiculaire. Fujitsu vient même d'annoncer la sortie d'un modèle au format 2,5 pouces d'une capacité de 300 Go. Ce disque, baptisé MHX2300BT, se distingue également par une faible consommation électrique (1,6 watt), une très bonne résistance aux chocs et un fonctionnement silencieux.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cyberattaques : ces ransomwares qui terrassent les hôpitaux

Cyberattaques : ces ransomwares qui terrassent les hôpitaux

Pour contrer les cyberattaques, en particulier les ransomwares, les établissements de santé s'organisent, de la mise en place d'outils de cybersécurité - avec des sauvegardes...

Publicité