Acer crée Enfinitec pour développer son activité de SAV en marque blanche

Basé à Angers, l'un des 8 sites de réparation européens transférés d'Acer à Enfinitec est issu du rachat de Packard Bell par le fabricant taiwanais en 2008. (Crédit photo : Acer)

Basé à Angers, l'un des 8 sites de réparation européens transférés d'Acer à Enfinitec est issu du rachat de Packard Bell par le fabricant taiwanais en 2008. (Crédit photo : Acer)

Acer a placé tous ses actifs en matière de SAV en Europe au sein d'Enfinitec. Cette filiale va poursuivre le développement des ventes de prestations de réparation en marque blanche que le fabricant a commencé à proposer il y dix ans.

Acer pousse jusqu'au bout la logique visant à faire de son SAV européen un centre de profit à part entière. Le mois dernier, le fabricant taïwanais de PC a officialisé la création d'Enfinitec B.V, une société néerlandaise au sein de laquelle il a logé l'ensemble de ses capacités de réparation et de support de la zone EMEA. La nouvelle structure se retrouve à la tête d'un effectif de plus de 12 000 personnes, de deux centres d'appels multilingues, d'un site logistique de pièces détachées (Pologne) et de huit sites de réparation, dont un en France, à Angers. Armée de la sorte, elle va assurer les besoins d'Acer en SAV, mais aussi et surtout proposer ses prestations en marque blanche à d'autres fabricants et à des distributeurs, qui plus est au-delà de la sphère IT.

60 M€ de CA dans le SAV en marque blanche en 2023

Cette activité de sous-traitance de SAV n'est pas une nouveauté en soi au sein d'Acer Europe. Elle est en fait l'héritière de Sertec360, une petite entité de quelques personnes créée en 2014 et chargée de facturer les réparations alors effectuées par Acer lui-même pour le compte de tiers en marque blanche. « À l'époque, la qualité des matériels d'Acer et de ceux des fabricants de PC en général s'était nettement améliorée. Par ailleurs, nous avions cessé de commercialiser des tablettes. Résultat, notre SAV était moins sollicité et c'est alors que nous avons choisi de proposer à d'autres d'utiliser notre surplus de capacité de réparation », explique Emmanuel Fromont, président d'Acer Europe.

À la suite de la mise en place de Sertec360, la SAV d'Acer a même étendu son savoir-faire au-delà de l'informatique personnelle pour intervenir aussi sur des trottinettes électriques, des robots aspirateurs ou encore des téléviseurs, pour ne citer qu'eux. En 2023, les équipes d'Acer ont ainsi réalisé 120 000 réparations en Europe, dont un quart seulement correspondaient à des interventions sur des matériels de la marque, et un chiffre d'affaires de 60 M€ en sous-traitance.

Une introduction en bourse d'ici deux à trois ans

En allant aujourd'hui jusqu'à se départir de ses capacités de réparation au profit d'une nouvelle filiale, Acer veut donner à son activité de sous-traitance de SAV davantage de latitude pour se développer. Dirigée par Tobi Musson, Enfinitec dispose notamment de sa propre force de vente. Elle a aussi bénéficié d'un investissement de plusieurs millions d'euros pour le déploiement d'un système SAP qui lui est propre. La société a également le projet de s'introduire en bourse d'ici deux à trois ans, ce qui lui permettrait de réaliser des acquisitions plus facilement. Par ailleurs, même si Enfinitec ne le met pas spontanément en avant, être une branche indépendante de l'activité de fabricant d'Acer la met en position plus favorable pour vendre ses services à des constructeurs de PC concurrents. Par le passé, aucun d'entre eux n'a jamais fait appel à Sertec360.

Sans préjuger de ce que sera l'avenir d'Infinitec, il est indéniable qu'elle a pour elle de s'inscrire dans une tendance de fond de prolongation de la durée de vie des équipements. Et, si elle est loin d'être la seule entreprise en mesure d'exploiter ce filon, la filiale d'Acer se veut l'une des seules, voire la seule, à disposer d'une envergure qui lui donne la possibilité de signer des contrats paneuropéens.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Publicité