AMD reste concepteur de processeurs mais n'en fabrique plus

La société californienne AMD, principal concurrent d'Intel, se débarrasse de ses derniers actifs de production pour se concentrer sur la conception de processeurs.

AMD abandonne les parts qu'il possédait encore dans la société GlobalFoundries qui rassemble ses anciennes usines de Dresde, New York et Singapour. Le principal concurrent d'Intel se met en ordre de marche pour se consacrer entièrement à la conception de puces. Il avait commencé à s'engager sur cette voie lorsqu'il avait détaché ses activités de fabrication vers GlobalFoundries, à partir de 2009.

AMD se sépare maintenant des 9% de parts (environ) qu'il possédait encore dans sa spin-off et lui verse 425 millions de dollars en numéraire à la suite de la modification de leur accord portant sur la fourniture de wafer. Les usines de fabrication seront désormais entièrement détenues par Advanced Technology Investment Company, entité de la société d'investissement Mubadala Development appartenant au gouvernement d'Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis). Initialement, AMD avait conservé GlobalFoundries comme fournisseur exclusif après l'avoir détaché. Le voilà libre de chercher d'autres fabricants de processeurs.

Une collaboration ponctuée d'aléas

Dans un communiqué séparé, GlobalFoundries indique qu'il acquiert les parts d'AMD afin de devenir un fondeur indépendant. Outre les usines qu'il gère aux Etats-Unis, en Allemagne, à Singapour, il en construit actuellement une à Abu Dhabi qui pourrait être opérationnelle dans quelques années. AMD prendra en charge 703 millions de dollars pour le premier trimestre fiscal de 2012 en lien avec le transfert de ses parts dans GlobalFoundries.

Les relations entre les deux sociétés ont connu des aléas qui ont affecté AMD financièrement. Celui-ci a réduit ses prévisions de chiffre d'affaires sur son troisième trimestre fiscal 2011 à cause d'une livraison limitée de ses puces pour PC liée à des problèmes de fabrication sur le procédé de fabrication 32 nm. Il fait déjà fabriquer des puces pour PC à basse consommation par certains concurrents de GlobalFoundries tels que TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing).

AMD va combiner d'autres technologies aux siennes

L'ancienne spin-off ne restera pas fournisseur exclusif pour les puces gravées selon le procédé 28 nm d'AMD, mais elle en produira néanmoins une partie, a précisé par e-mail Drew Prairie, porte-parole du concepteur de puces, à nos confrères d'IDG News Service. « GlobalFoundries a renoncé à l'accord d'exclusivité pour que nous puissions faire fabriquer certains produits APU (accelerated processing unit) en 28 nm chez TSMC pendant une période déterminée », a-t-il ajouté.

Les dernières puces d'AMD sont gravées en 32 nm, mais les processeurs pour ordinateurs portables et de bureau prévus pour l'année prochaine le seront en 28 nm. Le Californien change aussi de direction sur la conception des processeurs en combinant au sein de ses puces des technologies tierces avec les siennes. Il expliquait récemment qu'il n'excluait pas d'utiliser l'architecture d'ARM. AMD et GlobalFoundries ont défini de nouvelles conditions de prix dans le cadre du contrat modifié de fourniture de wafer.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité