AMD s'empare des micro-serveurs de SeaMicro



SeaMicro a développé une technologie d'interconnexion qui permet de conserver trois puces seulement sur une carte mère serveur standard. A partir de là, la startup a pu développer des serveurs qui, selon elle, consomment « un quart de la puissance et occupent un sixième de l'espace » des serveurs x86 standards. Ses produits sont principalement destinés à servir des volumes élevés et à supporter des charges de travail comme les transactions Internet, mais qui n'ont pas besoin de la puissance de calcul de processeurs serveurs traditionnels, Xeon ou Opteron. Par exemple, Mozilla utilise des serveurs SeaMicro pour fournir des mises à jour logiciels aux utilisateurs. On ne sait pas très bien quel processeur AMD compte mettre dans ses serveurs SeaMicro pour remplacer la puce Atom d'Intel. Certes, le fondeur a le choix entre plusieurs processeurs basse consommation et prévoit de livrer, plus tard cette année, des puces pour tablettes, nom de code Hondo, ayant ces caratéristiques.

Elargir le portefeuille de SeaMicro


Cependant, SeaMicro pense que sa technologie peut également bénéficier à des serveurs intégrant des processeurs plus puissants. « Un serveur basé sur une puce Opteron serait efficace pour faire tourner MySQL et supporter les charges de travail de la base de données MondoDB, ainsi que des applications PHP utilisées par de nombreux services en ligne, » a déclaré le PDG de SeaMicro. « Cette technologie pourrait aussi être utilisée pour construire des superordinateurs efficaces sur le plan énergétique, » a t-il ajouté. Ce qui est sûr, c'est que les processeurs d'AMD trouvent là un nouveau débouché qui va lui permettre de développer une activité serveur et de capitaliser sur le marché en développement rapide du cloud computing. Selon AMD, « les dépenses en serveurs pour les datacenters traitant de gros volumes de données devraient croître de 33% par an en moyenne au cours des prochaines années. Soit, plus vite que le marché des serveurs dans son ensemble. »

Cette stratégie place AMD dans une position de concurrence difficile avec certains de ses clients, mais Lisa Su a affirmé que « ce ne serait pas un problème ». « La taille de SeaMicro aujourd'hui est beaucoup plus petite que celle d'Hewlett-Packard ou de Dell, » a t-elle fait valoir, et AMD pense que la valeur de la technologie apportée par SeaMicro aux vendeurs de serveurs permettra de dépasser ces problèmes de concurrence. « L'activité serveur d'AMD pourrait avoir un effet levier, » a estimé par ailleurs Dean McCarron, analyste principal chez Mercury Research. « De toute évidence, le fondeur doit faire face à un déclin et cette acquisition pourrait lui permettre d'élargir le marché pour ses processeurs, » a t-il dit.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité