CES 2022 : la représentation française sera moins importante que prévu

« La situation est complexe tant sur le plan logistique que sanitaire, des entreprises ont envoyé du matériel pour leur stand depuis plus de 6 semaines mais ne savent pas si elles pourront partir », nous a expliqué une source proche de la délégation French Tech Nouvelle Aquitaine. (crédit : Business France)

« La situation est complexe tant sur le plan logistique que sanitaire, des entreprises ont envoyé du matériel pour leur stand depuis plus de 6 semaines mais ne savent pas si elles pourront partir », nous a expliqué une source proche de la délégation French Tech Nouvelle Aquitaine. (crédit : Business France)

Bien calé du 5 au 8 janvier 2022, le CES aura, contre vents et marées, bien lieu cette année en physique. La vague de désistements ou d'entreprises ayant fait le choix uniquement d'une présence virtuelle n'épargne pas la France.

Après une édition 2021 complètement basculée en mode virtuel, le CES devait revenir en force en présentiel en 2022. Force est de constater que la vigueur exceptionnelle de la 5e vague de Covid 19 qui frappe le monde entier a malheureusement fait revenir beaucoup de pieds sur terre. Depuis une dizaine de jours, des sociétés - des plus grandes aux plus petites - ont abandonné l'idée de fouler les allées de l'emblématique salon en préférant miser sur des présentations en distanciel. Les acteurs outre-Atlantique à faire ce choix sont nombreux, incluant Google, Microsoft, Intel, General Motors et dernièrement AMD, MSI, OnePlus, Procter & Gamble...

La France n'échappe pas au mouvement. Très impliquée dans l'aventure CES au travers de son programme French IoT, La Poste a annoncé qu'elle ne rendrait pas sur le salon américain au regard de l'aggravation significative du contexte sanitaire mondial. Et de recommander à ses start-ups invitées de ne pas se rendre sur l'événement. Si Tinycoaching ou encore Welco ont annoncé leur présence, d'autres qui font partie de la délégation French Tech (près de 140 jeunes pousses prévues de faire le voyage à Las Vegas) ne peuvent pas en dire autant. C'est le cas de 4 d'entre elles d'après notre confrère d'Usine Digitale. A date, la start-up bordelaise Hypnoledge n'est de son côté pas sûre de s'y rendre selon nos informations. En revanche le laboratoire de recherche ISAE-Supméca participe au CES à Las Vegas, aux côtés de Paladax, une des 16 start-ups sélectionnées par la région Ile-de-France.

Des craintes de ne pas pouvoir partir

« La délégation Nouvelle Aquitaine part à plus de 80% de participants, quelques désistements ont été enregistrés », nous a expliqué une source proche du dossier. « La situation est complexe tant sur le plan logistique que sanitaire, des entreprises ont envoyé du matériel pour leur stand depuis plus de 6 semaines mais ne savent pas si elles pourront partir ». Cette délégation doit en effet s'envoler dimanche dès 5h du matin et les participants devront être en mesure de présenter un test Covid-19 négatif de moins de 24h. C'est bien sûr le cas pour tous les participant, en plus de devoir présenter un schéma vaccinal complet.

Quel que soit au final le taux de présence française au CES 2022, le nombre de sociétés qui devaient s'y rendre n'en demeure pas moins en forte baisse comparée aux précédentes éditions (exception faite du cru 2021 100% en distanciel). Ainsi, cette année 140 sont planifiées contre 420 en 2019 et près de 300 en 2020. Mais comme le dit si bien l'adage, ce n'est vraiment pas la quantité qui compte.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité