Dell s'attend à un bond des tarifs de la DRAM et des SSD

Technologies

Technologies

Dell anticipe une poussé des prix de la DRAM et des SSD de 15 à 20% au second semestre 2024 et ajustera ses tarifs en conséquence. La demande sur l'IA explique cette progression des coûts.

A l'occasion des résultats financiers du 1er trimestre fiscal 2025, Jeff Clarke, COO de Dell Technologies a indiqué « nous nous attendons à ce qu'au deuxième trimestre à ce que nos coûts augmentent, transports, composants ». Il a ajouté que cela serait en particulier du « à la DRAM et aux SSD ». Pour le dirigeant, « tout indique que le manque d'investissements, la faible utilisation des usines et de livraisons de wafers,  conduiront à une offre inférieure à la demande du marché ». Il estime que la hausse sera entre 15 et 20%.

Et cette demande est promue par les serveurs dédiés à l'IA dont les livraisons ont rapporté à Dell 1,7 Md$ au cours du 1er trimestre. Ces équipements ont besoin de beaucoup de mémoire, ainsi que du stockage interne et externe supplémentaire. Le constructeur a présenté la semaine dernière à Las Vegas le PowerEdge XE9680L capable d'accueillir les cartes B200 de Nvidia comprenant 12 slots PCIe contre 10 pour son prédécesseur. Il a aussi renforcé sa gamme PowerScale avec la baie F910. Jeff Clarke a averti que Dell gérera ses marges en fonction des prix et qu'il a « commencé à revoir ses prix ». Il complète en précisant, « nous examinerons les structures de coûts des SSD et de la DRAM pour l'ensemble de notre portefeuille de produits et nous nous ajusterons en conséquence ».

Des résultats solides

Sur les serveurs pour l'IA, Dell dispose actuellement d'un carnet de commandes de 3,8 Md$, explique le dirigeant. Il constate que Nvidia « répond à la demande » et se déclare confiant dans l'arrivée des accélérateurs H200 d'ici fin juin 2024. Les cartes B200 ont des délais plus longs, assure Jeff Clarke. Raison pour laquelle il n'y avait aucune présentation physique du serveur PowerEdge XE9680L lors du salon la semaine dernière.

Au global, le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2025 s'est élevé à 22,6 Md$, soit une augmentation de 6 % d'une année sur l'autre. Les revenus de la division Infrastructure Solutions Group (ISG) ont progressé de 22 % pour atteindre 9,2 Md$, dont 5,5 Md$ sont à mettre au crédit des serveurs et du réseau (en croissance de 42%). Jeff Clarke a observé que cette hausse résultait d'un retour sur le marché des grands comptes, mais que les PME-PMI restaient encore en retrait sur leurs dépenses. Le bénéfice net s'est élevé à 955 M$, contre 578 M$ pour le même trimestre de l'exercice 2024. Les revenus annuels devraient s'établir entre 93,5 et 97,5 Md$.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité