Free va passer de 26 à 40 boutiques d'ici fin 2013

Que ce soit par la performance financière ou dans la conquête d'abonnés, fixes ou mobiles, Free affiche d'excellents résultats semestriels. L'opérateur dévoile un peu plus son plan d'ouverture de boutiques en propre.

Free compte 26 Free Centers, ses boutiques en propre. Il va passer à 40 d'ici la fin de l'année. Un rythme d'ouverture plus faible que prévu. Ces boutiques sont situées dans des villes de taille moyenne et destinées à compléter la vente qui se fait sur Internet. Selon l'opérateur elles vont « instiller la confiance des abonnés, conforter et construite l'image de marque, un modèle efficace à la fois pour les abonnements et pour l'accompagnement des clients ». C'est le seul passage lié à la distribution dans la présentation des résultats semestriels de l'opérateur.

Sa croissance est toujours aussi forte avec un  chiffre d'affaires consolidé de 1,829 milliard d'euros, en croissance de 26,7% par rapport à la même période de l'an passé.  Le fixe représente 1,234 milliard d'euros, en croissance de 9,2%, le mobile 600,8 millions d'euros en croissance de 7,1% (les services télécom représentent 535,4 millions d'euros, les terminaux 65,3 ME).

Ebitda en hausse

La rentabilité est pour le moins spectaculaire. L'Ebitda consolidé se monte à 585,8 millions d'euros (ME), en hausse de 40,4%, 531,6 millions viennent du fixe (+15,2%), 54,2 du mobile. Le résultat opérationnel courant progresse de 55% à 276,6 millions d'euros, le résultat net de 78,1% à 141,8 ME.

Pour expliquer ces résultats, le groupe met en avant plusieurs éléments. D'abord le recrutement d'abonnés et en particulier d'abonnés fixes. Free a recruté 154 000 nouveaux abonnés fixe au S1 2013 (hors migration Alice), c'est 41% des recrutements de la période. En clair, le succès de la Box Revolution lancée il y a deux ans, renforce l'attractivité globale du groupe. « Le fixe se nourrit du mobile et le mobile se nourrit du fixe » souligne Maxime Lombardini, le directeur général délégué.

Le fixe nourrit la rentabilité du groupe

L'Arpu haut débit augmente légèrement à 35,9 euros (à fin juin 2013), il passe à 38 euros pour l'abonné Free box revolution. Le fixe nourrit la rentabilité du groupe. Le Free cash flow adsl progressant de 27% à 291 ME. Le groupe arrive à un free cash flow positif de 47 ME, il était négatif de 130 ME au S1 2012. La rentabilité du groupe et  sa trésorerie se renforcent, grâce au fixe et l'endettement se réduit. Par ailleurs, sur le fixe, le groupe étend son réseau ADSL avec  4 804 NRA dégroupés.

Sur le mobile, le groupe veut détenir 25% de parts de marché à long terme. Il en détient déjà 10,3% avec 6,795 millions d'abonnés fin juin 2013 (dont 1,590 million recrutés au S1), un doublement par rapport à fin juin 2012. Toutefois, le chiffre d'affaires généré par la vente de terminaux, 65 ME sur le S1 2013, est inférieur aux attentes du groupe. Free Mobile s'apprête à concurrencer les offres dites « subventionnées » de ses concurrents. En revanche, il reste toujours muet sur la 4G, fer de lance de ces mêmes concurrents directs sur le mobile.

Pour l'avenir, le groupe Iliad vise un chiffre d'affaires de plus de 4 milliard d'euros en 2015.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité