Konica Minolta France vise 60 M€ de revenus dans les services IT en 2018

La filiale hexagonale du japonais Konica Minolta prévoit de réaliser un peu moins de 50 M€ de chiffre d'affaires dans l'IT en 2017, puis 10 M€ de plus en 2018. Elle devrait y être aidée par son réseau de distribution qui draine déjà 10% de ses facturations en prestations informatiques.

La semaine dernière, Konica Minolta Business Solutions a clamé son ambition de porter son chiffre d'affaires dans les services IT en Europe de 115 M€ aujourd'hui à 465 M€ d'ici 2020. Comptant parmi les principales représentantes du fabricant japonais de solutions d'impression sur le continent, sa filiale française a logiquement beaucoup contribué aux résultats qu'il revendique déjà. Et son apport va continuer d'être conséquent. Cette année, elle mise sur un chiffre d'affaires légèrement inférieur à 50 M€ dans la fourniture de prestations informatiques, puis sur 60 M€ en 2018. « Dans l'Hexagone, comme en Allemagne et en Grande-Bretagne, Konica Minolta a favorisé son développement dans l'IT en réalisant des acquisitions. Dans d'autres pays tels que le Portugal où la République Tchèque, notre progression dans ce domaine repose sur de la croissance organique », détaille Morgan Leucat, le Directeur Produits/Solutions/Services de Konica Minolta Business Solutions France.

Tout s'accélère avec le rachat de Serians en 2012

Sur le marché français, c'est sur l'intégrateur Serians que Konica Minolta a jeté son dévolu en 2012. A la fois spécialiste des solutions d'impression et informatiques, cette entreprise réalisait alors une trentaine de millions d'euros de chiffre d'affaires. En mêlant ses compétences aux siennes, la filiale française de Konica Minolta a pu progressivement développer un catalogue en quatre grandes parties, sur le modèle de ce que son propriétaire nippon a déployé ailleurs sur le vieux continent. Schématiquement, la moitié des offres ont un lien direct avec le monde de la bureautique. C'est le cas des prestations proposées autour de l'ECM (gestion des contenus d'entreprise) et des services managés d'impression. Pour le reste, il s'agit d'offres de Business Process Services et d'intégration/gestion des infrastructures informatiques.

« La commercialisation des services IT est majoritairement assurée par la force de vente de Konica Minolta. Serians, lui, est plus axé sur la délivrance des prestations », explique Morgan Leucat. Pour permettre cette collaboration entre les deux entités, leurs commerciaux, leurs équipes techniques et leurs avant-vente ont été formés pour être capables de répondre à la fois à des problématiques informatiques et bureautiques. Prochainement, c'est le management commercial lui-même qui va être « hybridé ». Chez Konica Minolta, les patrons des activités en région vont en effet prendre aussi la responsabilité des activités IT menées sur leur territoire.

Ces dernières années, le nombre de collaborateurs de Konica Minolta et de Serians dédiés aux services IT a progressé de 50%. Actuellement, la filiale du fabricant nippon, en revendique 320 au total. 42 nouvelles recrues devraient être embauchées cette année.

De nouvelles offres IT ouvertes aux revendeurs en 2017

A en croire Morgan Leucat, l'évolution du catalogue du constructeur profite également à son réseau de revendeurs. Pour l'heure, ces derniers participent à hauteur de 10% au chiffre d'affaires que celui-ci dégage dans la fourniture de services IT en France, à comparer à leur participation de 40% aux revenus globaux de l'entreprise en France. « Pour lancer la machine, nous avons initialement beaucoup misé sur la vente directe, concède le responsable. Mais nos concessionnaires sont preneurs de nouvelles offres à distribuer». A titre d'exemple, le fournisseur va leur donner cette année la possibilité de commercialiser une offre d'ECM dans le cloud. Pour ce faire, le constructeur a conçu pour eux des catalogues dédiés et les aide à rédiger des contrats spécifiques au mode hébergé. Dans le même esprit, Konica Minolta permet à ses revendeurs de proposer du matériel informatique avec les services d'accompagnements et de supervision qu'il sait délivrer. Prochainement, le réseau de distribution de Konica Minolta sera aussi autorisé à déployer les solutions de vidéosurveillance de Mobotix que le japonais a racheté en juin 2016.

Gageons que les concessionnaires du fabricant seront aussi autorisés à commercialiser sa Workplace Hub, une plate-forme informatique présentée le 23 mars et qui sera mise sur le marché cet automne. Conçue pour les PME, elle est basée sur un server HPE embarquant Windows et exploite le Cloud Azur de Microsoft à partir duquel il est possible d'accéder à un tableau de bord. Ce dernier offre une vision globale de l'ensemble des dispositifs numériques présents dans l'entreprise et des services de communication. La plate-forme exploite également la technologie de Sophos pour la sécurité, celle de Canonical, et de BrainTribe pour la gestion des données.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité