Kyndryl s'associe à Google dans le cloud

Le quartier général de Kyndryl est localisé dans la prestigieuse tour One Vanderbilt en plein quartier d'affaires de New York. (crédit : SL Green Realty Corp)

Le quartier général de Kyndryl est localisé dans la prestigieuse tour One Vanderbilt en plein quartier d'affaires de New York. (crédit : SL Green Realty Corp)

Le spin-off d'IBM est née il y a à peine un mois mais a déjà de nombreux accords avec Microsoft, SAP et VMware. Elle vient d'en conclure un dans le cloud avec Google, mais pas encore avec AWS.

Kyndryl, l'entreprise de services informatiques qu'IBM a créée début novembre, a formé un partenariat stratégique mondial avec Google pour soutenir leurs clients communs dans le cloud. L'accord intervient un mois après la conclusion d'un accord similaire avec Microsoft, englobant l'hébergement cloud Azure et la prise en charge de produits tels qu'Office365 et Teams. Et aussi une alliance - quoique plus restreinte - avec VMware, ainsi qu'un accord de certification avec SAP. Kyndryl est une jeune entreprise mais a une longue histoire en tant qu'ancienne entreprise de services d'infrastructure infogérés d'IBM. Elle a ainsi hérité de plus de 4 000 clients dans le monde et cherche à augmenter sa part des dépenses de gestion d'infrastructure de ces clients d'une manière qui n'était pas possible dans le cadre d'IBM. « Nous ne pouvions pas le faire chez IBM, car nous nous concentrions sur le cloud IBM et nous nous y engagions uniquement », a déclaré Stephen Leonard, responsable mondial des alliances et des partenariats de Kyndryl.

Sous IBM, les capacités de migration et de gestion du cloud ont été adaptées au cloud de big blue. Maintenant, a déclaré Stephen Leonard, « nous allons prendre ces capacités de gestion et les mettre à la disposition des clients qui exécutent des charges de travail sur Google Cloud, ou qui souhaitent déplacer des charges de travail vers Google Cloud ». Cette offre s'applique à tout type de charge de travail, a déclaré Leonard, pas seulement aux serveurs IBM Power Systems accessibles via Google Cloud Platform sur lesquels les entreprises peuvent exécuter des applications AS/400. Les principaux domaines d'intérêt de l'accord avec Google incluent l'aide aux clients à intégrer l'IA et l'analyse basées sur le cloud dans leurs transformations numériques et le déplacement de leurs charges de travail SAP vers le cloud.

Se former au profit des clients

Charles King, président et analyste principal de Pund-IT, considère ce partenariat comme important à la fois pour Kyndryl et Google. « Il étend les capacités de Kyndryl pour répondre aux besoins de cloud hybride des clients et devrait offrir des avantages substantiels liés au travail innovant de Google en matière d'analyse avancée et d'IA. La relation devrait également aider Google à se concentrer de plus en plus sur le développement et la fourniture de services et de solutions cloud de classe entreprise. Les plans de prise en charge de SAP sur Google Cloud, les solutions de périphérie d'entreprise et les solutions sectorielles pour les services financiers sont autant de domaines dans lesquels la firme de Mountain View souhaite renforcer ses positions. » Kyndryl prévoit de faire certifier 5 000 de ses 80 000 techniciens sur Google Cloud Platform et en aura environ 1 000 certifiés d'ici la fin de 2021. Ce processus a commencé en septembre, avant la formation du partenariat, a déclaré Stephen Leonard.

C'est un processus similaire à ce que la société fait avec son programme de formation interne « Kyndryl University for Microsoft », bien que davantage de collaborateurs deviendront probablement certifiés Microsoft car ce programme englobe également des produits tels que Dynamics et Office365, pas seulement la plateforme cloud Azure. Le renforcement de ces compétences dans une variété de clouds est essentiel pour la jeune firme, déclare Charles King. « La concentration et les capacités de Kyndryl dans le cloud hybride font partie de l'ADN hérité d'IBM. Être un acteur de classe mondiale dans cet espace n'est pas tant une question de partenariat avec des fournisseurs de services spécifiques que d'être en mesure d'aider les clients à répondre à leurs besoins en matière de cloud hybride, quelles que soient les plates-formes cloud qu'ils utilisent », a-t-il déclaré. « Microsoft et Google sont tous deux considérés comme des éléments constitutifs importants de cette stratégie. »

AWS en ligne de mire ?

Reste que dans ce concert d'accord, Kyndryl n'a pour l'instant pas encore conclu une alliance avec le géant Amazon Web Services, qui contrôlait 32 % du marché des services d'infrastructure cloud au troisième trimestre, devant Microsoft Azure (21 %) et Plateforme Google Cloud (8 %). Le fournisseur figure sur la page Web « alliances » de Kyndryl, mais ne pèse pas beaucoup en termes de facturation. Stephen Leonard a fait la lumière sur cela : « Ils ont tous des exigences similaires mais différentes. Notre intention est d'atteindre le plus haut niveau de certification avec AWS », a-t-il déclaré, mais « avec lui, nous ne sommes ni l'un ni l'autre au plus haut niveau car nous travaillons toujours sur les investissements et les domaines communs. La conclusion d'un accord stratégique avec AWS est cependant importante pour Kyndryl, car « il existe un nombre considérable de clients communs, et ils se trouvent dans certains des domaines qui nous intéressent beaucoup, VMware, la modernisation du mainframe, etc. ».

Charles King de son côté considère que ce retard n'a rien d'inquiétant. « Il faut du temps pour mettre au point des détails sur des accords comme celui-ci, mais je m'attends à ce que Kyndryl et AWS trouvent un moyen de travailler ensemble en tant qu'alliés stratégiques ». La spin-off d'IBM a également récemment conclu un partenariat avec VMware, elle-même une société nouvellement autonome après sa séparation de Dell Technologies le 1er novembre, et a obtenu la certification de SAP pour l'exploitation mondiale des technologies SAP, notamment HANA, S/4HANA, Business Suite et SuccessFactors. King voit un potentiel pour d'autres transactions à venir : « Kyndryl propose des services pour la base de données et les applications commerciales d'Oracle, il pourrait donc y avoir des opportunités d'approfondir les collaborations des deux sociétés. Poursuivre des relations stratégiques avec des fournisseurs axés sur l'entreprise comme Salesforce et ServiceNow pourrait également avoir du sens », a-t-il fait savoir.



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité